Les années se suivent... et se ressemblent pour la Bourse égyptienne. Mardi, trois jours après l'investiture du nouveau gouvernement de Hosni Moubarak, l'indice CASE 30 a battu son deuxième record d'affilée en bondissant de 4,1% à 6633,45 points.

En 2005 déjà, la Bourse du Caire s'était distinguée comme la plus performante des 78 places suivies par l'agence Bloomberg avec un bond de 146%. Comme l'ensemble de ses voisines régionales, elle bénéficie de la manne pétrolière qui inonde la région et reste portée par le programme de désengagement de l'Etat dans l'économie.

Les deux poids lourds de la cote égyptienne ont particulièrement le vent en poupe. Orascom Telecom, la plus grande capitalisation du pays, s'est adjugé mardi en hausse de 2%, à 632,31 livres égyptiennes, son plus haut niveau de tous les temps. Lundi, l'opérateur avait indiqué avoir atteint 300 millions d'abonnés au 31 décembre 2005, soit deux fois plus qu'en 2004. La société vise les 50 millions d'abonnés au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie du Sud-Est d'ici à la fin de 2006.

EFG-Hermes, la principale banque d'investissement du pays, a pour sa part bondi de 2,5% à un nouveau record de 143 livres. Lundi, elle avait déclaré avoir obtenu une licence de gérant d'actif à Dubaï. Cette formalité lui permettra d'accroître ses activités au Moyen-Orient.