Double cotation

Dans la presse financière, les cours des titres étrangers figurent dans la rubrique relative à la Bourse de leur pays. Ils sont donc cotés dans leur monnaie nationale, comme ci-dessous pour des titres américains, en dollars.

Ceux d'entre eux qui sont cotés en Suisse, en francs suisses, sous la forme de certificats d'actions étrangères, américaines, européennes, japonaises, sud-africaines et autres apparaissent également dans la rubrique Bourse suisse, comme c'est le cas dans les pages boursières du Temps.

Risque de change

L'introduction de l'euro a simplifié le paysage monétaire européen. Mais l'investisseur suisse doit toujours faire face à un risque de change lorsqu'il sort de sa monnaie de référence pour investir sur les marchés étrangers.

Car les rendements, calculés au bout du compte en francs suisses, sont affectés par la variation du taux de change. Par exemple, si le dollar passe de 1.40 franc à 1.20 en quelques semaines, cela signifie que sur chaque dollar investi, 20 centimes partent en fumée.

Les dépréciations d'une devise sont d'autant plus douloureuses qu'elles accompagnent souvent des effondrements de marchés. Ce qui a pour effet d'amplifier les pertes pour les investisseurs qui raisonnent en monnaies étrangères.

Mais l'inverse est également vrai, à savoir que les hausses de marché vont souvent de concert avec l'appréciation de la monnaie. Ce qui permet à l'investisseur étranger de gagner sur les deux tableaux.

Entre ces deux situations extrêmes, l'investisseur étranger peut gagner en monnaie locale, mais perdre lorsqu'il convertit ce gain dans sa monnaie de référence. Ou encore, il peut accuser une perte sur l'investissement, en monnaie locale, mais gagner dans sa monnaie de référence.

A noter que si l'investisseur en certificats d'actions traite uniquement en francs suisses, cet avantage ne doit pas faire illusion. Car leurs cours dépendent de la variation des titres sous-jacents sur la Bourse d'origine et donc des fluctuations de la monnaie dans laquelle ils sont libellés par rapport au franc suisse.