Mardi, le marché suisse a fait preuve d'attentisme à quelques heures de la réunion de la Réserve fédérale prévue après la clôture des bourses européennes. Les économistes prévoient une baisse de 25 points de base des taux directeurs américains. Dans ces circonstances, le SMI a terminé la journée en léger repli de 0.3% à 8'855 points et le SPI de 0.2% à 7'193 points.

Sur le marché local, Clariant a affiché une forte progression de 7.35% à 10.51 francs, dopé par des rumeurs faisant état de son rachat par le groupe allemand Lanxess à un prix de 12 francs par action. Affaire à suivre. De son côté, Holcim (+1.7% à 127 francs) a continué de bénéficier de l'acquisition d'Orascom par le géant français Lafarge. Les grandes capitalisations de la cote se sont montrées modestes jeudi. Novartis s'est replié de 0.6% à 64.40 francs et Roche de 0.1% à 204.80 francs, tandis que Nestlé grignotait 0.1% à 541.50 francs.

Aux bancaires, UBS a reculé de 1.8% à 56.95 francs au lendemain de l'annonce d'un amortissement supplémentaire de 10 milliards de dollars en liaison avec les supprimes. Dans le même secteur, Julius Baer a baissé de 1.7% à 97.70 francs. Pour sa part, Credit Suisse Group (+0.3% à 71.70 francs) est parvenu à grignoter quelques points.

Parmi les valeurs secondaires, Sez Holding et Lam Research Corporation, société basée à Fremont, en Californie, ont signé un accord contraignant. Selon ce dernier, Lam Research fera une offre publique d'achat de toutes les actions SEZ Holding SA en circulation au prix unitaire de 38 francs. Cette annonce a permis au titre Sez de s'envoler de 36.1% à 37.15 francs. De plus, les analystes de Citigroup ont relevé l'objectif de cours de SEZ pour le placer au niveau de celui de l'offre, soit à 38 francs. Pour sa part, Arpida (+0.4% à 23.65 francs) s'est mis d'accord avec les autorités de la FDA pour une demande d'homologation progressive concernant une première indication d'Iclaprim. Il s'agit d'une "New Drug Application" (NDA) pour le traitement contre des infections sévères de la peau et de la structure de la peau. La société de Reinach a également finalisé une étude clinique de phase I pour l'administration orale d'Iclaprim. L'étude réalisée en double et de manière aveugle a démontré la sécurité et la tolérance du produit et confirmé la dose maximale.