Le marché suisse a entamé la semaine sur un très fort rebond, suite à l'adoption par les gouvernements et les grands argentiers de la planète de plans d'actions pour rétablir la confiance des marchés. La bourse a encore augmenté ses gains dans l'après-midi. Le SPI a finalement affiché une clôture en hausse exceptionnelle de 10,57 %, à 4'961,89 points alors que le SMI avançait encore plus vite, de 11,39% à 5'956,32 points.

Les valeurs financières ont eu le vent en poupe, favorisées par le plan de sauvetage européen. Les bancaires UBS et Credit Suisse ont bondi respectivement de 12,35% à 19,10 francs et 27,90% à 43,82 francs. Julius Baer n'a pas été en reste avec une progression de 16,19% à 49,80 francs. Chez les assurances, Swiss Re a engrangé 21,61% à 45,80 francs. Zurich (+7,47% à 224,50 francs) a de son côté démenti être active dans le secteur des assurances de type CDS. Enfin Bâloise a grimpé de 5,46% à 62,75 francs.

Les valeurs sensibles à la conjoncture ont également tenu la forme lundi. Swatch Group (+13,24% à 192,50 francs) s'attend à une amélioration de ses ventes de 6 à 9% cette année, grâce à la demande de pays comme la Chine.

Les poids lourds défensifs, après avoir beaucoup souffert vendredi passé, se sont très bien redressés. Novartis est montée de 11,64% à 53,70 francs. Son concurrent Roche a terminé à 162,40 francs (+9,58%). Ce dernier a essuyé un échec juridique dans le conflit qui l'oppose à Amgen à propos de Mircera. Enfin Nestlé a gagné 8,16% à 42,68 francs.

Selon les analystes de Goldman Sachs, les titres de Galenica (+0,57% à 352 francs) ont surperformé de 8% ses concurrents durant la semaine écoulée. En effet, les titres sont négociés avec une prime 16% par rapport aux moyennes capitalisations de la branche, Galenica offrirait le plus faible potentiel de hausse. Pour cette raison, les analystes ont ramené la recommandation de neutre à "vente".