La semaine a débuté de manière maussade sur le marché suisse, à l'image du climat automnal. Après avoir grignoté quelques points à l'ouverture, le SMI a rapidement renoncé à ses maigres gains pour clôturer en léger repli de 0,3% à 8270 points. Le SPI a également baissé de 0,3% à 6446 points. Il faut souligner que le marché a manqué cruellement d'impulsion, les nouvelles en provenance des sociétés se faisant très rares. En ce moment, il cherche une direction, partagé entre la chute des prix du pétrole, au plus bas depuis 6 mois, et un regain d'inquiétudes sur le rythme de la croissance économique. A l'exception de Zurich Financial Services (+ 0,5% à 293,75), tous les blue chips étaient orientés à la baisse lundi. Aux pharmaceutiques, Roche a reculé de 0,4% à 213,20 et Novartis de 0,35% à 71,75. Les deux groupes n'ont guère réagi à la poursuite de la consolidation dans le secteur en Europe. En effet, le belge UCB a annoncé le rachat de la société Schwarz Pharma pour un montant de 4,4 milliards d'euros. Pour sa part, Nestlé s'est effrité de 0,2% à 430. Aux bancaires, Credit Suisse Group a cédé 0,55% à 72,70 et UBS 0,3% à 72,75. Quelques valeurs sont toutefois parvenues à tirer leur épingle du jeu. Ainsi, Ciba SC a réalisé la meilleure performance du jour avec un gain de 1,15% à 74,20. Aux assurances, Swiss Re a réussi à grignoter 0,3% à 95,30. La compagnie a confirmé son intention de procéder à la suppression de 2000 emplois sur 11500 d'ici la fin de l'année prochaine. Quatre cents postes de travail sont concernés en Suisse. Au sein des valeurs secondaires, Emmi a publié des résultats semestriels qui se sont avérés inférieurs aux attentes du marché en ce qui concerne le bénéfice net. Celui-ci a progressé de 0,6% à 20,5 millions de francs par rapport à l'année précédente. Le titre a baissé de près de 2% à 156,90. Dans un autre registre, SIG a fait l'objet d'une offre publique d'achat de la part de la société britannique CVC Capital Partners et du norvégien Elopak. Le prix a été fixé entre 325 et 350 francs par action. SIG a cependant refusé l'offre qu'il juge insuffisante. L'action s'est envolée de 13,2% à 345,50. Selon les spécialistes, la nouvelle a relancé les rumeurs de reprises sur le marché.