Jeudi, le marché suisse a poursuivi sa consolidation à un niveau élevé, le recul du poids lourd Novartis étant quasiment compensé par la bonne tenue de Nestlé (+ 0,8% à 437,50). Dans des volumes peu étoffés, le SMI a terminé la journée en très légère baisse de 0,14% à 8764 points et le SPI de 0,05% à 6852 points. Aux pharmaceutiques, Novartis a donc cédé 1,3% à 74,75. Les démocrates, victorieux aux élections américaines de mi-mandat, seraient susceptibles d'intervenir davantage dans le système de santé américain, surtout au niveau de la formation des prix. Roche a baissé de 0,4% à 221,50. Aux chimiques, Clariant a enregistré une belle progression de 1,7% à 18,30, se rappelant des bons résultats trimestriels publiés mardi. Ciba SC a grignoté 0,4% à 78,15. Pour sa part, Lonza (-0,5% à 102,90) a succombé à des prises de bénéfices après la forte hausse enregistrée la veille dans le sillage du contrat signé avec Genentech pour la production du traitement Avastin. Le compartiment des financières poursuit également sa consolidation. Seules UBS (+ 0,1% à 75,70) et Julius Bär (+0,4% à 135) sont parvenues à afficher une certaine résistance. Au sein des valeurs secondaires, Ypsomed a été nettement sous pression jeudi. Cependant, après avoir atteint un point bas de 90, le titre est parvenu à renverser la tendance et à clôturer sur un léger gain de 0,05% à 95,05. La société a publié des résultats trimestriels qui se sont avérés inférieurs aux attentes des analystes dans tous les domaines. La plupart des analystes ont annoncé qu'ils reverraient à la baisse leurs estimations et recommandations sur la valeur. Lombard Odier a été très critique envers la société, qui a surinvesti, selon l'analyste, et en paie maintenant les conséquences. Même son de cloche pour Helvea, qui a mis en doute la visibilité des affaires et des relations avec le plus gros client d'Ypsomed, le groupe Sanofi-Aventis. Pour sa part, la société biotech Basilea a succombé à des prises de bénéfices, reculant de 3,3% à 205. Il faut également souligner que UBS a rétrogradé le titre de «acheter» à «neutre».