La bourse suisse a démarré la séance en hausse confortable avant de faire une brève incursion du côté des baisses de cours. Peu après 10 heures, on renouait déjà avec les niveaux de veille pour poursuivre la journée par une progression quasiment ininterrompue. Les chiffres de la productivité américaine pour le mois de mars ont fourni une impulsion supplémentaire. Les prix record du pétrole ont cependant estompé l'élan et le président de la Réserve fédérale de Kansas City a exprimé sa préoccupation face aux risques d'inflation; ils pourraient amener la banque centrale américaine à augmenter ses taux. La bourse suisse a clôturé la séance en hausse de 1,23 %, à 6'408,37 points, sur le SPI alors que les grandes valeurs, représentées par le Swiss Market Index, affichaient une clôture en hausse similaire, de 1,27%, à 7'639,16 francs.

Dans cette bonne séance, seuls quatre titres du SMI ont reculé. Swisscom affichait la pire contreperformance, avec un recul de 2,57% à 359,50 francs. Elle présentait des chiffres trimestriels mitigés, selon les commentateurs.

UBS a été, mercredi encore, sous pression pour abandonner 1,76% à 34,60 francs. La Deutsche Bank a réduit sa recommandation de "acheter" à "garder" et réduit son objectif de cours. Credit Suisse Group a engrangé 1,84% à 57,90 francs et Julius Bear a bondi de 3,51% à 81,20 francs, le meilleur résultat de l'indice SMI.

Holcim a gagné 2,50% à 102,50 francs alors même que Citigroup et Vontobel réduisaient leur objectif de cours de 154 francs à 132 francs et, respectivement, de 150 francs à 145 francs. Les bons chiffres de Lafarge sont également venus soutenir le cours du cimentier helvétique.

Suite à l'avertissement sur bénéfices de Rieter et aux résultats décevants d'OC Oerlikon au premier trimestre, Sal. Oppenheim a revu ses prévisions à la baisse pour Uster Technologies. L'objectif de cours a de ce fait été ramené à 50 francs contre 56 francs auparavant. Le titre a malgré tout engrangé 5,77 % à 33 francs.