Après la dégringolade de lundi, le marché suisse a ouvert mardi sur une reprise technique. La veille, aux Etats-Unis, le Dow Jones avait connu un rallye sur la fin pour clôturer finalement en baisse de 370 points, après avoir perdu plus de 800 points au plus bas de la séance. La bourse suisse a connu tout au long de la journée une volatilité importante sans direction claire, le SPI a finalement affiché une clôture en baisse de 0,66 % à 5'333,52 points alors que le SMI a terminé en recul de 0,48% à 6'427,76 points.

Les valeurs bancaires ont été une nouvelle fois malmenées. Des rumeurs sur des éventuels pourparlers entre la Royal Bank of Scotland et Barclays avec le gouvernement anglais concernant un investissement significatif de ce dernier dans le capital des deux banques n'a pas amélioré la confiance dans le secteur. Credit Suisse a cédé 4,19% à 50,20 francs. UBS a quant à elle reculé de 7,18% à 19,40 francs. Julius Baer (-3,38% à 42,90 francs) a confirmé les objectifs financiers de la banque jusqu'en 2010 mais n'a fait aucune mention concernant les difficultés présumées de sa filiale GAM.

Les assurances ont été également en retrait. Zurich Financial a terminé en fort recul de 1,77% à 277 francs, pénalisée par l'abaissement de rating de la part de Société Générale. Swiss Re et Bâloise ont quant à elles lâché respectivement 6,39% à 49,80 francs et 3,29% à 67,70 francs.

Les poids lourds défensifs ont en revanche très bien résisté. Novartis a grimpé de 1,68% à 60,60 francs. Le groupe pharma a fait état de résultats très prometteurs sur une étude de phase II avec le NVA237, un médicament contre la maladie pulmonaire obstructive chronique. Roche a pour sa part grignoté 1,80% à 175 francs. Nestlé a engrangé 1,46% à 45,96 francs.

Bossard a vu son action lâcher 4,20% à 61,50 francs après la publication de ses résultats sur huit mois. Le fabricant de vis et de fixation a légèrement abaissé son objectif de chiffre d'affaires.