En début de semaine, le marché suisse a repris le chemin de la baisse, dans le sillage d'inquiétudes relatives aux perspectives économiques. De nombreux indicateurs sont attendus cette semaine, notamment le rapport sur le marché de l'emploi américain vendredi. Jeudi, la Banque centrale européenne tiendra sa réunion et les économistes escomptent une détente monétaire comprise entre 50 et 75 points de base.

Le SMI a terminé la première séance de la semaine en sévère repli de 5% à 5'527 points et le SPI de 4.7% à 4'554 points.

Le compartiment des financières a été particulièrement éprouvé lundi. Les bancaires ont lourdement pesé sur la tendance. Credit Suisse Group a chuté de 14.2% à 30.60 francs, UBS de 12.3% à 13.28 francs et Julius Baer de 5.7% à 37.50 francs.

Dans le secteur des assurances, Swiss Re a affiché la plus mauvaise performance avec un recul de 8.9% à 45.10 francs. Zurich Financial Services a perdu 7% à 220 francs.

Aux pharmaceutiques, Roche a reculé de 3.6% à 163.80 francs. Il semblerait que le groupe bâlois ait des difficultés à obtenir des crédits pour la finalisation du rachat de sa filiale américaine Genentech.

Parmi les valeurs secondaires, Meyer Burger a annoncé avoir décroché, auprès de l'allemand Wacker Schott Solar GmbH, une commande en millions de francs suisses, à deux chiffres. Les premières scies high-tech seront livrées dès le premier trimestre 2009 et les livraisons s'échelonneront tout au long de l'année prochaine. Le titre s'est replié de 5.2% à 123 francs.

Pour sa part, Interroll a baissé de 1.1% à 260 francs. Selon les analystes de Helvea, Interroll n'est pas à l'abri de l'affaiblissement actuel de l'économie, malgré une excellente position sur le marché. Ils ont donc réduit leurs estimations et ramené l'objectif de cours de 400 francs à 341 francs. La recommandation « neutre » a cependant été maintenue.