Le marché suisse des actions n'a pas échappé à la morosité générale hier. En l'absence de nouvelles importantes provenant des entreprises, les prises de bénéfices ont été bon train et les valeurs financières ont été les principales victimes de la séance. A la clôture, l'indice vedette, le Swiss Market Index, a cédé 0,70%, à 8645,04 points, tandis que l'indice élargi, Swiss Performance Index, reculait de 0.73%, à 7'018.70 points.

UBS a enregistré une baisse de 2,23%, à 54,90 francs. Credit Suisse Group a reculé pour sa part de 1,61%, 67,10 francs. En revanche, Julius Baer est allé à contrecourant, en réalisant un gain de 0,36%.

Dans le camp des gagnants, Swiss Life a été le seul assureur à progresser, avec un gain de 0.93%, 298 francs, après sa déconvenue de la veille suite au rachat de la société allemande de services financiers AWD. Un analyste de la Banque cantonale de Zurich (BCZ) a qualifié les prévisions de bénéfice par action et de versement de dividende d'« ambitieuses ». En revanche, il s'attendait à des objectifs plus concrets pour le bénéfice net et plus élevés pour le rendement des fonds propres. La prévision de bénéfice pour 2007 correspond à peu près aux attentes, alors que le versement de bénéfices envisagé s`est révélé plus élevé que prévu.

Les deux géants pharmaceutiques ont connu des évolutions contrastées. Alors que Roche (+0,14%, à 209,30 francs) a terminé la journée en positif, Novartis (-0,39%, 63,60 francs) était dans le rouge. Les rumeurs selon lesquelles Novartis envisage d`acquérir Bayer ont été qualifiées d`infondées par les intervenants.

Sur le marché élargi, l'action Rieter a été nettement sous pression hier en raison des déclarations du CEO du groupe dans la presse concernant les répercussions négatives de la crise de crédits sur la marche des affaires de la division « Automotive » aux Etats-Unis. La banque Sal Oppenheim s'est montrée relativement pessimiste en mettant en avant une pression certaine sur les marges dans cette division et la nouvelle ne fait que confirmer que la situation de la branche est bien plus difficile qu'au cours du premier semestre. Le titre a finalement dégringolé de 5,55%, à 527 francs. Suite aux mesures de restructuration annoncées par le groupe Ascom en fin de semaine passée, Helvea a baissé son objectif de cours sur la valeur de 16 à 14 francs. Le rating a été maintenu à « Neutre ». L'action a finalement terminé sur une baisse de 1.61%, à 12.20 francs.