La bourse suisse a entamé la séance de jeudi en très fort recul. La baisse de la veille s'est poursuivie et le redressement du début de la semaine a en grande partie fondu. Selon le Livre beige, rapport conjoncturel de la Réserve fédérale américaine publié la veille au soir, l'activité économique aux Etats-Unis a continué de ralentir par rapport à septembre. Les chiffres conjoncturels américains publiés dans l'après-midi ont cependant réussi à diminuer le pessimisme du matin. Le marché a finalement affiché une clôture en baisse significative, mais moins importante que ce que ne laissait augurer l'ouverture. Le SPI abandonnait 3.26 % à 4'755.98 points alors que le SMI l'accompagnait à une fraction près, il perdait 3.25% à 5'718.53 points.

Credit Suisse s'en sortait presque indemne en clôturant en recul de 0.87% à 45.50 francs. La banque va augmenter son capital de 10 milliards de francs, en plusieurs tranches, afin d'augmenter sa part de fonds propres. Le Credit Suisse à également annoncé une perte de 1,3 milliards de francs au troisième trimestre, soit davantage que ce qui était attendu.

UBS (-4.93% à 19.09 francs) a évolué presque comme le reste du marché. Plusieurs mesures ont été annoncées en matinée. La Confédération entrera au capital de l'UBS en acceptant des obligations à conversion forcée émises par la banque, à hauteur de 6 milliards de francs maximum. Celle-ci transférera ses titres actuellement illiquides, pour un montant limité à 60 milliards de dollars, vers un fonds séparé.

Nobel Biocare (-9.54% à 19.99 francs), Syngenta (-9.28% à 168 francs) et Bâloise (-9.04% à 52.80 francs) ont réalisé les plus forts reculs du jour. Syngenta a été rétrogradée de "acheter" à "neutre" par Merrill Lynch.

Le CEO de l'assureur Helvetia Patria a souligné dans le magazine économique « Stocks » que son entreprise était bien capitalisée. En effet, la société n'a perdu que 6 % de ses fonds propres malgré des conditions de marché difficiles. L'action a malgré tout cédé 3.04 % à 187.90 francs.