Les menaces d'une crise économique mondiale ont continué de peser sur les marchés financiers en début de semaine. Dans la matinée, Tokyo a atteint son plus bas niveau depuis 1982. De nombreux indicateurs macro-économiques importants sont attendus cette semaine, aussi bien aux Etats-Unis qu'en Europe, ce qui accroît la nervosité des places boursières. La Réserve fédérale tiendra sa réunion de politique monétaire mercredi. Le patron de la BCE, Jean-Claude Trichet, a laissé entrevoir une baisse des taux, ce qui a soulagé les marchés.

Le SMI a terminé la séance en recul de 3.1% à 5'500 points - nettement au-dessus de son point bas du jour - et le SPI de 3.2% à 4'530 points.

Novartis a enregistré l'unique progression de l'indice lundi. Le titre a engrangé 1.3% à 55.05 francs. Le groupe bâlois a publié des données positives d'une étude en phase III de la molécule ACZ885. Dans le même secteur, Roche a cédé 2.3% à 164.10 francs.

Les financières ont une nouvelle fois pris la tête du clan des baisses.

Aux assurances, Swiss Re a chuté de 10.5% à 38.48 francs et Zurich Financial Services de 6.7% à 179 francs.

Aux bancaires, Credit Suisse Group a fortement baissé de 10% à 38 francs et UBS de 7.9% à 14.40 francs. Les cycliques n'étaient guère mieux loties, emmenées par ABB (-7.4% à 11.95 francs).

Au sein des valeurs secondaires, Bobst a affiché un sévère recul de 9% à 39.30 francs. Le groupe a fait état d'une baisse des entrées de commandes ces derniers mois et a réduit ses prévisions bénéficiaires. Dans ces circonstances, les analystes d'Helvea ont ramené l'objectif de cours sur le titre de 120 francs à 55 francs. Ils ont également ramené leur recommandation de "buy" à "neutral", et prévoient d'adapter leurs prévisions dans le courant de ces prochains jours. Pour sa part, Belimo s'est replié de 2.3% à 800 francs. Merrill Lynch a réexaminé ses estimations sur le titre et a revu son objectif de cours de 915 francs à 750 francs. Les analystes ont cependant réitéré leur recommandation à "underperform".