Sans impulsions spécifiques et informations particulières, le marché a fini la semaine dans une certaine indifférence. Le négoce a été très calme et les cours ont oscillé dans des marges étroites pour terminer au niveau de la veille.

Dans un tel contexte, les gagnants et perdants du SMI se sont retrouvés plutôt par hasard dans le hit-parade de l'index. Ce sont plutôt les titres de deuxième zone qui se sont retrouvés au haut de l'échelle, emmené par Swiss Life et Adecco, alors que les poids lourds tels que Nestlé et Novartis ont plutôt joué un rôle de frein. Ciba a été bien entouré, la société pourrait prochainement avoir un remaniement de son organe de direction. Givaudan, malgré une rétrogradation par une grande banque anglo-saxonne, est resté inchangé. Syngenta a réduit la valeur nominale de 2,70 francs de son action.

Au chapitre des petites et moyennes capitalisions, Logitech a continué son parcours positif, aidé par une recommandation d'achat d'une banque suisse, ainsi que Schindler dont l'environnement industriel gagne en dynamisme. Les résultats semestriels de Mikron ont montré un retour dans une zone à bénéfice net, alors que ceux de Starrag une forte augmentation du carnet de commandes. Kühne & Nagel, ayant décidé de ne pas faire d'offre pour la société britannique Exel, a été recherché. Dans le bas de l'échelle, Saurer et Rieter ont fait face à des prises de profits. Le rejet de l'offre faite par les Forces motrices bernoises à l'UBS pour le rachat de sa participation Motor Columbus a pesé sur le cours. La commission des OPA ayant posé de nouvelles obligations, le cours de l'action Leica Geosystems s'est retrouvé en retrait. Saia-Burgess a reçu officiellement une offre de rachat de Sumida.