Après un bon début de semaine avec une hausse de 0,94% lundi sur le marché suisse, le thème de la politique mondiale a vite repris les devants de la scène, entraînant le négoce des actions suisses à la baisse. Le SMI cède ainsi sur la semaine 6,46% pour terminer vendredi à 3880 sur des niveaux que l'on avait plus connus depuis 1996. Suite au discours du président américain jeudi, les craintes d'une attaque imminente en Irak ont augmenté les incertitudes sur les marchés. On a constaté vendredi une retenue de la part des investisseurs, dans l'attente de la présentation en fin de journée du rapport de Hans Blix. Par ailleurs, les nouvelles des entreprises étaient plutôt rares ce vendredi. Il n'y avait donc rien pour soutenir les marchés, qui se sont nettement repliés dans l'après-midi, suite à la publication du taux de chômage aux Etats-Unis, qui a augmenté à 5,8% en février. Les analystes attendaient 10 000 créations de postes de travail, mais le Département du travail a annoncé une suppression de 308 000 emplois nets pour le mois dernier.

Parmi les blue chips, Kudelski et Unaxis ont résisté à cet environnement difficile. Unaxis termine avec une légère baisse de 0,12%, influencée par les mauvaises prévisions de ventes pour le premier trimestre de la société américaine Intel. Dans le secteur des pharma, Roche se maintient à 81,30 avec une baisse de 0,55%, Novartis cède 1,24% suite en partie au versement de son dividende. Swisscom a annoncé la mise en place d'un réseau européen pour son application Public Wireless LAN après l'acquisition de Wlan AG en Allemagne et de Megabeam Networks en Angleterre. Sulzer clôture à 138 francs, au plus bas de la journée. Pour rappel, la société avait également dévoilé une baisse de ses perspectives 2003 mercredi. Swiss Life continue sa chute, Zurich et Swiss Re perdent respectivement 4,18% et 4,57%. Globalement, le secteur de l'assurance a beaucoup souffert durant la semaine. Dans un autre registre, le groupe israélien de techniques médicales Oridion, coté à la Bourse suisse, a réalisé en 2002 un chiffre d'affaires en hausse de 35% à 14,06 millions de dollars (18,7 millions de francs). Sa perte nette s'est réduite de 17,7% à 9,57 millions. Pour sa part, Kaba prend 1,35% avant la publication de ses résultats lundi prochain.