Hier à l'ouverture, le marché suisse s'effritait quelque peu dans le sillage de prises de bénéfices sur les valeurs spéculatives comme ABB, Zurich Financial Services, CS Group ou Adecco. Dans l'après-midi, les pertes s'accentuaient dans le sillage de la publication de l'indice de confiance des consommateurs américains. Celui-ci s'avère inférieur aux attentes des économistes, à 84,1 au mois de novembre. L'indice SMI terminait la journée de mardi en repli de 1% et enfonçait la marque des 5100 points.

Dans le compartiment des bancaires, CS Group reculait de 5%. Le groupe a annoncé le lancement d'un emprunt convertible d'un milliard de francs, destiné à renforcer son bilan avant la fin de l'année. CS Group a averti le marché de ce projet récemment, après avoir subi des pertes sur les crédits et des dévaluations significatives du portefeuille d'actions de sa filiale Winterthur. L'emprunt convertible permet aux entreprises dont la situation financière est serrée de lever des fonds sans augmenter leur dette. Dans un autre registre, Holcim se replie de près de 2%. Selon les dernières rumeurs, Thomas Schmidheiny aurait l'intention de quitter ses fonctions à la tête du groupe. Il avait dû s'éloigner temporairement de la présidence en début d'année en raison d'une enquête pour délit d'initié en Espagne. Thomas Schmidheiny détient la majorité des droits de vote du cimentier et son départ alimenterait les spéculations à propos du sort de sa participation. Affaire à suivre. Par ailleurs, Holcim annonce la fusion de sa filiale australienne avec CSR et Hanson pour former le plus grand cimentier du pays. Au sein des valeurs secondaires, Georg Fischer cède près de 5%. La société lance un avertissement sur ses résultats annuels: elle devrait enregistrer une perte de quelque 30 millions de francs durant l'exercice en cours en raison d'une charge exceptionnelle. Les analystes avaient anticipé un bénéfice net de 41 millions de francs et un chiffre d'affaires de 3,57 milliards en 2002. En outre, elle ne prévoit pas de reprise de l'activité en 2003. Georg Fischer inscrira une charge pour l'ajustement de la valeur de son investissement dans le venture Coperion. Le groupe cède une partie de sa participation de 50,1% dans Coperion à une filiale de la quatrième banque allemande, WestLB. Coperion emploie 2000 collaborateurs et a généré un chiffre d'affaires de 400 millions d'euros en 2001.