Jeudi, le marché suisse poursuit son redressement, de façon beaucoup plus marquée cette fois, encouragé par le bon comportement des valeurs financières. L'indice SMI conquiert la marque des 4400 points, clôturant en nette progression malgré l'ouverture modeste de Wall Street. Dans le compartiment des pharmaceutiques, Roche s'apprécie de plus de 1%. Le groupe bâlois prévoit que son accord de licence avec la société américaine Affymetrix portant sur la technologie de diagnostic GeneChip devrait avoir un effet très stimulant sur son chiffre d'affaires dans un horizon à 2012. Cette collaboration devrait permettre à Roche de générer des ventes de 3 milliards de dollars. Avec cette technologie, le groupe pourra développer et commercialiser des tests pour le diagnostic de plusieurs maladies: le cancer, l'ostéoporose, les maladies cardio-vasculaires, infectieuses et inflammatoires. Roche occupe le premier rang mondial dans le domaine des diagnostics. La société publiera ses résultats durant l'exercice 2002 le 26 février prochain. Pour sa part, Serono est également orientée à la hausse avant la publication de ses résultats 2002 qui se déroulera lundi. Les analystes seront particulièrement attentifs à la performance du traitement contre la sclérose en plaques Rebif. Selon leurs estimations, il devrait atteindre un chiffre d'affaires de 536 millions de dollars. Les ventes globales du groupe sont attendues en hausse de 11% à 1,52 milliard de dollars. Les prévisions relatives au bénéfice net s'établissent à 344 millions de dollars (+9%), un chiffre légèrement inférieur à l'objectif de 10% fixé par Serono. Il dépendra fortement de l'impact de l'affaiblissement du dollar et du niveau des dépenses dans la recherche et développement. Tout reposera à nouveau sur le Rebif cette année, car aucun lancement de nouveaux produits n'est attendu avant 2004. Dans ce contexte, le médicament le plus prometteur est le Raptiva, un traitement contre le psoriasis, dont le potentiel de chiffre d'affaires est estimé entre 250 et 300 millions de dollars. Dans un autre registre, ABB affiche une belle progression de plus de 3% dans l'espoir de l'annonce prochaine de la cession de sa division Pétrole, Gaz et Pétrochimie. Selon certains observateurs, les négociations seraient plutôt avancées, et le groupe aurait reçu des offres avant Noël. General Electric et Cooper Cameron figureraient parmi les candidats potentiels à la reprise de la division.