La bourse suisse a ouvert en net recul, après des clôtures catastrophiques à New York et plus encore à Tokyo. Aux Etats-Unis, les déclarations du président de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, sur les risques réels de récession, ont pesé sur Wall Street en fin de séance. En matinée, la baisse historique du Nikkei, qui a perdu plus de 9% en clôture, a également contribué aux faibles ouvertures européennes. En début d'après-midi, l'action concertée des grandes banques centrales est quasiment restée sans effet sur les bourses. Le SPI a finalement affiché une clôture en baisse de 5,29 % à 5'051,12 points alors que le SMI terminait en chute de 5,51% à 6'073,45 points.

Julius Bär a réalisé la meilleure performance du jour avec un bond de 2,56% à 44 francs, après avoir abandonné jusqu'à 7,9% en matinée. On parle d'un éventuel rachat par un groupe étranger.

Credit Suisse Group a clôturé en recul de 16,14% à 42.10 francs, après avoir perdu jusqu'à plus de 10% en matinée. C'était la pire baisse du SMI. Le CEO Brady Dougan a rétorqué que sa banque est bien placée pour profiter d'un retournement des marchés et que les activités de private banking ont enregistré un fort afflux d'argent frais. UBS a cédé 6,13% à 18,21 francs en clôture.

Aux assurances, Zurich Financial Services (-6,05% à 260,25 francs) a confirmé ses objectifs de rendement des fonds propres de 16%. Swiss Re (-11,08% à 44,28 francs) et Bâloise (-8,42% à 62 francs) a également été sanctionnées, de même que Swiss Life (-4,30% à 144,50 francs).

Roche (-167,10% à 4,51 francs) et Nestlé (-3,18% à 44,50 francs) n'ont pas échappé à la tendance baissière. Syngenta (-3,37% à 192,30 francs) a mieux résisté que la moyenne.

Les analystes d'Helvea ont abaissé la recommandation sur le titre Temenos en raison de la revue à la baisse des objectifs des grands concurrents SAP et Oracle. Par ailleurs, le projet important auprès de Fortis devrait être stoppé pour l'instant. L'action a terminé en net recul de 15,43 % à 13,15 francs.