A la veille du week-end et à l'issue d'une semaine noire, les marchés financiers ont poursuivi leur chute, les investisseurs cédant à l'affolement. Le président américain George W. Bush a appelé à rejeter l'"incertitude et la peur" qui sont pour beaucoup dans la crise économique et assuré que les autorités américaines avaient les moyens de la combattre. Ces propos n'ont pas rassuré les intervenants. Malgré les mesures massives prises par les banques centrales et les gouvernements, la confiance n'est pas encore revenue sur les marchés.

Ainsi, le SMI a terminé la dernière séance de la semaine en forte chute de 7.8% à 5'347 points et le SPI de 7.2% à 4'487 points.

Nobel Biocare a subi la plus forte baisse vendredi, dégringolant de 26.3% à 21.38 francs. Le groupe avait émis la veille au soir un avertissement sur son bénéfice.

Les valeurs financières ont continué à chuter avant le week-end. Credit Suisse Group a plongé 16.2% à 34.26 francs, Swiss Life de 12.5% à 124 francs, Swiss Re de 12.5% à 37.66 francs et Zurich Financial Services de 11.5% à 208.90 francs.

Les valeurs défensives ont également subi d'importants dégagements, surtout Novartis qui a perdu 9.4% à 48.10 francs. Parmi les valeurs secondaires, Meyer Burger a cédé 4.4% à 159.40 francs, affecté par la morosité ambiante. Merrill Lynch a baissé son objectif de cours sur le titre à 180 francs contre 200 francs auparavant en raison des risques de dilution consécutifs à la reprise d'Emix. La recommandation « sous-performance » a été maintenue.

Pour sa part, Straumann a chuté de 9.6% à 248.70 francs. Suite à l'avertissement sur le bénéfice de Nobel Biocare, le grand concurrent de Straumann, le groupe Kepler a ajusté à la baisse ses prévisions sur le titre. L'analyste de l'institut financier a en conséquence ramené son objectif de cours sur la valeur à 240 francs contre 330 francs auparavant. La recommandation de réduire le titre a été maintenue.