Marchés

La bourse suisse ouvre dans le rouge, après la chute de Wall Street

En milieu de matinée, le Swiss Market Index accusait un recul de plus de 1,7%, dans le sillage de Wall Street et des bourses asiatiques, qui ont bouclé en forte baisse, précipitées dans leur chute par un plongeon des valeurs du secteur technologique

La bourse suisse a ouvert dans le rouge jeudi, dans le sillage de Wall Street, qui a bouclé la séance de mercredi en forte baisse, précipitée dans sa chute par un plongeon des valeurs du secteur technologique dans un contexte de hausse des taux d’intérêt. Dans la foulée, les bourses asiatiques ont également plongé jeudi, Tokyo clôturant en recul de près de 4%, Shanghai de 5,22% et Shenzhen de 6,45%.

Lire aussi: Décrochage spectaculaire de Wall Street, précipitée dans sa chute par la technologie

La chute des indices américains a été alimentée par une dégringolade des valeurs technologiques, le Nasdaq se délestant de 4,08% pour atteindre son plus bas niveau depuis deux ans.

Fin de la politique accommodante de la Fed

«Les gérants de portefeuille se détournent de ce secteur de croissance pour aller vers des entreprises qui présentent davantage de sécurité», voire vers d’autres produits financiers, estiment les analystes de Ventura Wealth Management.

Cette fuite des investisseurs s’inscrit dans un contexte de fin de la politique très accommodante de la banque centrale américaine (Fed), engagée dans un processus de hausse des taux d’intérêt. Les acteurs du marché s’attendent à une hausse des taux cette année et à plusieurs l’an prochain.

Lire également: La croissance américaine offre une marge de manœuvre à la Fed

Recul du SMI jeudi matin

A 9h15, le Swiss Market Index (SMI) accusait un recul de 1,22% à 8784,49 points, le Swiss Leader Index (SLI) de 1,45% à 1396,05 points et le Swiss Performance Index (SPI) de 1,16% à 10 357,24 points. A l’exception notable de Vifor (+ 0,1%), l’ensemble des valeurs vedettes était drapé de rouge.

Les valeurs technologiques et bancaires étaient particulièrement malmenées, la lanterne rouge échéant à AMS (–4,7%), derrière Julius Baer (–3,7%) et Credit Suisse (–3,0%), alors qu’UBS et Partners Group se délestaient de 2,7% et Logitech de 1,8%.

Les valeurs du luxe Richemont et Swatch (–1,7%) étaient également chahutées, en raison d’inquiétudes sur l’évolution du marché chinois. Les poids lourds pharmaceutiques Roche et Novartis perdaient tous deux 1%. Le troisième larron, Nestlé (–0,4%), jouait à plein sa carte de valeur défensive.

Publicité