Mardi, le spectre d'une récession mondiale n'a pas disparu des marchés, nourri par une série d'indicateurs macroéconomiques négatifs. La confiance des consommateurs américains, mesurée par un indice de l'institut Conference Board, s'est effondrée en octobre à 38 points contre 61.4 points en septembre, un niveau inédit depuis la création de cet indice en 1985. Cette statistique n'a pas empêché Wall Street d'ouvrir en forte hausse dans l'après-midi. La Réserve fédérale devrait décider aujourd'hui de baisser ses taux directeurs afin d'aider l'économie américaine à sortir de la crise.

Le marché suisse est parvenu à enregistrer un léger rebond de 0.7% à 5'538 points et le SPI de 0.7% à 4'561 points. Le recul de Credit Suisse Group a limité les gains de l'indice mardi. Le titre a plongé de 7.2% à 35.26 francs, alors que ses homologues Julius Baer (+0.6% à 34.88 francs) et surtout UBS (+4.3% à 15.02 francs) reprenaient le chemin de la hausse.

Les assureurs ont connu des fortunes diverses mardi. Swiss Re a progressé de 4.3% à 40.14 francs. Swiss Life a sévèrement baissé de 5.6% à 97 francs, Credit Suisse Group ayant réduit sa recommandation sur le titre de ''outperform'' à ''neutral''.

Parmi les grandes capitalisations de la cote, Nestlé (+1.8% à 43.50 francs) et Novartis (+1.9% à 56.10 francs). En revanche, Roche s'est replié de 1.8% à 161.20 francs.

Parmi les valeurs secondaires, Also a grignoté 0.3% à 35.30 francs. Vontobel a réexaminé l'objectif de cours du titre dans le sillage des mauvais résultats des trois derniers trimestres. Selon l'étude de la banque, la demande de produits IT a diminué en raison des turbulences persistantes sur les marchés financiers qui ont accentué la pression sur les marges.

Pour sa part, Ems-Chemie a engrangé 4.2% à 90 francs. La Deutsche Bank a abaissé son objectif de cours sur le titre à 75 francs contre 105 francs. Elle a justifié son intervention en raison de la mauvaise situation des secteurs automation et non automation, qui ont maintenu les marges du groupe sous pression.