Après la bonne performance enregistrée vendredi, le marché suisse a succombé à des prises de bénéfices en début de semaine. Le sévère recul de Roche a pesé sur la tendance. Les volumes se sont avérés minces, les Zurichois étant en congé une demi-journée à l'occasion du Knabenschiessen. Le SMI a clôturé en baisse de 0.9% à 8'094 points et le SPI de 0.9% à 6'305 points. Aux pharmaceutiques, Roche a donc chuté de 4.6% à 215.20. Sa filiale américaine Genentech a annoncé que la FDA avait demandé des informations supplémentaires sur Avastin, ce qui retardera jusqu'à mi-2007 une éventuelle homologation du médicament pour le traitement du cancer du sein métastasique. Novartis en a profité pour engranger 0.5% à 70.20. Aux financières, Bâloise a campé sur ses positions à 104.90, résistant à une rétrogradation de Goldman Sachs à ""neutral"". Pour sa part, Swiss Re a affiché une légère progression de 0.4% à 92.05. Le numéro un mondial de la réassurance a estimé que les primes et les affaires sont stables dans la plupart des secteurs. Le CEO du groupe n'a pas voulu commenté une rumeur faisant état de l'intérêt de son groupe pour une division d'affaires du britannique Prudential. Dans le secteur du luxe, Richemont a cédé 0.5% à 57.70 avant la publication de son rapport sur les cinq premiers mois de l'année prévue jeudi. De son côté, Swatch Group a progressé de 0.6% à 240. Aux technologiques, Kudelski a reculé de 3.3% à 33.90, succombant à des prises de bénéfices après les gains importants réalisés récemment. Au sein des valeurs secondaires, Swissfirst a rejeté les accusations de corruption qui ont refait surface après l'arrestation vendredi d'un gestionnaire de portefeuilles de la caisse de pension de Siemens Suisse. Le titre a baissé de 1.35% à 73. Pour sa part, Advanced Digital Broadcast (+5.5% à 68.50) a eu le vent en poupe, la société ayant résolu les problèmes techniques de la nouvelle génération de produits. Par conséquent, le groupe suisse va pouvoir produire à plein régime dorénavant.