La Bourse suisse a connu un début de semaine plutôt prometteur avec une performance positive tout au long de la journée. La raison principale se trouve surtout du côté du marché américain, qui reste bien orienté et qui se trouve à la veille de la présentation au Congrès du rapport semestriel de la Réserve Fédérale sur la santé économique des Etats-Unis et sur leurs pronostics pour le reste de l'année. Le Swiss Market Index termine donc avec un gain de 1,39%, ce qui lui permet de se rapprocher à nouveau de la barre des 5000 points. Dans ce contexte favorable, le secteur des financières a très bien su tirer son épingle du jeu et parmi elles les bancaires ont salué, à leur manière, de bons résultats annoncés par deux grandes banques américaines. Cela donne déjà une première idée sur ce qu'a pu rapporter ce bon trimestre boursier, qui s'est achevé le 30 juin dernier, aux principaux établissements financiers. Ainsi, Credit Suisse gagne 3,12%, UBS prend 2,02% et Julius Bär grimpe même de 5,21%. Les assurances sont restées dans leur sillage. Zurich Financial récupère 1,5% au moment où ils annoncent le transfert de leurs activités de dérivés, de crédits et d'investissements de Zurich Capital Markets à la BNP Paribas. Swiss Life remonte de 3,5% et confirme leurs prédictions à un retour aux profits pour 2003. Dans le secteur des produits de luxe, Richemont gagne 3,7% et profite de bons résultats d'un concurrent anglais. Par contre, Swatch Group réagit moins à cette nouvelle et termine avec un gain de 1,57%. Globalement, les valeurs technologiques gardent une très bonne orientation. Kudelski et Unaxis s'étoffent chacune de 3,49% et de 3,02%. Dans les valeurs secondaires, Logitech retrouve un certain calme et termine inchangé. Malgré un démenti à propos d'une offre de rachat de Swiss par Lufthansa, l'action de notre société nationale de compagnie aérienne s'envole de 10,34%. Du côté des contre-performances, ABB doit concéder 1,71%. Le marché pense qu'ils devront rabaisser leurs prévisions de profits compte tenu du fait que la reprise économique mondiale devrait prendre plus de temps que prévu.