La Bourse suisse a terminé hier en forte baisse. L'indice Swiss Market Index (SMI), a ainsi décroché de 2,19% ou 168,06 points, pour repasser sous la barre des 7500 points, à 7497,02 exactement. Pour sa part, l'indice élargi, Swiss Performance Index (SPI) a clôturé la séance sur un repli comparable de 2,20%, à 5843,39 points.

Après trois séances de nette embellie, ce nouveau repli de la Bourse helvétique n'a pas véritablement surpris les observateurs. De plus, les déclarations du patron de la Réserve Fédérale américaine Ben Bernanke, lundi, qui a exprimé son inquiétude face à la reprise de l'inflation aux Etats-Unis, ont ravivé les craintes d'une hausse des taux.

Parmi les grands perdants de la cote, on peut citer Julius Baer (-6,70%, à 101,60 francs), ABB (-5,28%, à 14,35), SGS (-4,62%, à 1178 francs) ou encore Adecco (-5,21%, à 74,50). Pour cette dernière société, une partie de la baisse s'explique cependant par le fait que l'action était traitée ex-dividende de 1 franc. Les craites de hausse des taux ont également affecté particulièrement les financières. Outre Julius Baer, déjà cité, UBS a reculé de 3,30%, à 134,80, et CSG a perdu 2,73%, à 69,30. Swiss Life a chuté de 3,41%, à 269,50, Baloise de 3,59%, à 87,40, et Zurich Financial Services de 3,10, à 266 francs. Seul Swiss Re a fait mieux que l'ensemble du marché, avec une baisse limitée à 1,46%, à 84,50 francs.

Sur le marché élargi, le groupe Bossard a publié ses chiffres pour les quatre premiers mois de l'année. Les résultats n'ont pas convaincu et le titre a donc cédé 1,63%, à 84,50 francs. Bien que les estimations des analystes aient été dépassées quant au chiffre d'affaires, cela n'a pas été le cas pour l'EBIT et le bénéfice net. Une banque anglaise a par ailleurs établi une nouvelle étude sur la société Kuehne & Nagel, portant la recommandation à « neutre » et l'objectif de cours à 100,70 francs. Mais cette analyse n'a pas été prise en considération par les intervenants, puisque le titre a perdu 3,93%, à 90,30.