En milieu de semaine, le marché suisse recule nettement à l'instar de ses homologues du Vieux Continent et de Wall Street à l'ouverture. Dans des volumes toujours modérés, l'indice SMI clôture en sévère repli de 4,1% à 5265 points, Nestlé, Roche, UBS et CS Group pesant lourdement sur la tendance. Parmi les blue chips, Nestlé recule de 4% à 311. Les investisseurs continuent de craindre un éventuel rachat du fabricant américain de confiserie et chocolat Hersey. Cette opération est évaluée à quelque 10 milliards de dollars. Les agences de notation Standard & Poor's et Moody's ont d'ores et déjà averti le groupe helvétique qu'une transaction de cette ampleur remettrait en question son rating AAA. Dans le compartiment des financières, Swiss Re baisse de 3,7% à 122,75 à la veille de la publication de ses résultats semestriels. Selon les prévisions des analystes, son bénéfice net devrait baisser de 21% à 1,06 milliard de francs en raison principalement de pertes sur investissements. Swiss Re a une exposition relative minime aux actions, mais son portefeuille obligataire n'a pas enregistré une bonne performance durant la première moitié de l'année. Ses primes devraient augmenter de 22% à 14,46 milliards de francs. Pour sa part, ABB se replie de plus de 4% à 8,38. Les investisseurs attendent toujours que le groupe confirme la vente de la majorité de sa division Structured Finance au géant américain General Electric. Concernant la valeur de la transaction, les estimations sont comprises entre 2 milliards et 3,1 milliards de dollars. Une vente couronnée de succès permettrait à ABB de soulager ses problèmes de liquidités et d'atteindre son objectif de réduction de la dette de 1,5 milliard de dollars d'ici la fin de l'année. Au sein des valeurs secondaires, Logitech parvient à progresser de 2% à 53.10. En effet, le groupe romand confirme ses objectifs financiers communiqués fin juillet. Le lancement de nouveaux produits stimulera les résultats de Logitech. Pour l'ensemble de l'exercice en cours, il prévoit de générer un chiffre d'affaires de 1,1 milliard de dollars et un bénéfice opérationnel de 120 millions de dollars. Le groupe est l'un des principaux survivants du secteur de la haute technologie, n'ayant jamais été affecté par le ralentissement du secteur.