Les préalables positifs en provenance des Etats-Unis, la baisse du prix du pétrole, de retour en dessous du niveau psychologique des 60 dollars le baril, et la nouvelle progression du dollar ont été les principales raisons de la hausse de la Bourse suisse jeudi. Après avoir fait face à quelques prises de profit en fin de séance, l'indice SMI a clôturé en hausse de 55,34 points, son plus haut niveau depuis juin 2002.

Novartis a réussi à convaincre les investisseurs et analystes avec ses résultats semestriels, ce qui a impressionné tous les participants. Les actions du secteur des assurances et de celui des banques ont également été recherchées. Les titres SGS ont bénéficié de plusieurs augmentations d'objectifs des cours par divers instituts financiers. Du côté négatif, les actions Holcim ont souffert du changement de recommandation par un broker américain. Seuls sept membres du SMI ont terminé la session en territoire négatif.

Hors SMI, la tendance est restée haussière, même si une certaine prudence est apparue chez divers participants. Quelque 85 valeurs ont terminé la journée en hausse contre 58 en baisse et 56 inchangée. Sulzer a divulgué des bons chiffres d'entrées de commandes pour le premier semestre et s'est montré confiant pour le reste de l'année. Le chef exécutif d'Unilabs, en poste depuis sept ans, a surpris en annonçant son départ. Les actions Valora ont rattrapé une grande partie du remboursement de valeur nominal effectué par la société. Georg Fischer a décidé de chercher des acheteurs pour ses anciennes aciéries. Des spéculations de l'intérêt d'un groupe américain sur Converium ont circulé dans le marché. Les actions Kühne & Nagel, Kaba et PubliGroup ont continué leur marche en avant.