En début de semaine, le marché suisse est parvenu à progresser, alors qu'un optimisme prudent semble être revenu sur les places boursières. Les coûteux plans de sauvetage européens et américains paraissent commencer à porter leurs fruits. Dans ce contexte, le SMI a terminé la première séance de la semaine en progression de 1.9% à 6'216 points et le SPI de 1.8% à 5'121 points.

Signe de retour de la confiance, les analystes ont commencé à émettre des recommandations d'achat sur certains titres. Ce fut le cas de Syngenta, qui a bondi de 6.2% à 173 francs grâce à la recommandation d'achat de Goldman Sachs.

Même cas de figure pour ABB, qui a grimpé de 5.75% à 17.82 francs, Deutsche Bank ayant relevé son rating sur la valeur à ''buy''. Dans le compartiment des pharmaceutiques, Roche a soutenu le marché avec une belle hausse de 2.7% à 180.30 francs. Les investisseurs se montrent confiants à la veille de la publication des résultats trimestriels du groupe bâlois. Après avoir bondi de 12% vendredi passé, Novartis a fait l'objet de prises de bénéfices, cédant 0.25% à 59.35 francs. La société a présenté des chiffres semestriels solides.

Aux valeurs financières, Julius Baer (+3.9% à 47.44 francs) et Swiss Re (+3.7% à 42.50 francs) ont enregistré les plus fortes hausses, alors que UBS se repliait de 0.9% à 18 francs. Zurich Financial Services a réalisé la plus forte baisse du jour avec une moins-value de 3.2% à 212 francs. Le titre a pâti de rumeurs faisant état d'une augmentation de capital.

Parmi les valeurs secondaires, Basilea a publié de nouveaux résultats sur le Ceftobiprol et le Isavuconazol à l'occasion d'un congrès à Washington organisé par la société américaine des maladies infectieuses et par la ICAAC. La société biotech helvétique a effectué plus de 20 présentations sur l'antibiotique à large spectre Ceftobiptol. Selon les données publiées, le staphylocoque doré résistant a pu être soigné par le médicament de Basilea. L'action a engrangé 4.1% à 148.90 francs. Pour sa part, Dufry s'est envolé de 10.2% à 29.75 francs. Les analystes de la Deutsche Bank ont ramené l'objectif de cours sur le titre à 50 francs contre 100 francs auparavant du fait de l'intégration de Hudson dans ses prévisions. Par ailleurs, la recommandation de conserver la valeur a été maintenue.