En début de semaine, le climat est toujours plombé par l'escalade du conflit au Proche Orient, ainsi que les craintes de nouvelles hausses des prix du pétrole et d'un ralentissement de l'économie mondiale. Le marché suisse est parvenu à afficher une certaine résistance grâce à la bonne performance de deux poids lourds de la cote, Novartis et Nestlé. Le SMI a terminé la première séance de la semaine quasiment sur les niveaux de vendredi à 7'501 points (-0.07%). Le SPI s'est effrité de 0.2% à 5'839 points. Parmi les blue chips, Nestlé a largement contribué à limiter les pertes lundi. Le titre a engrangé 1.4% à 391.25, jouant parfaitement son rôle de valeur refuge en ces temps troublés. Aux pharmaceutiques, Novartis (+0.6% à 67.55) a enregistré une bonne performance dans le sillage de résultats trimestriels largement conformes aux attentes du marché. Les analystes ont apprécié les ventes de la division pharmacie et le relèvement des prévisions de chiffre d'affaires du groupe. De son côté, Roche a grignoté 0.2% à 207. Le groupe bâlois a annoncé un partenariat dans la recherche et le développement avec Actelion. Roche pourrait investir jusqu'à 555 millions de francs dans un traitement des maladies auto-immunes. Actelion a réagi fort positivement à cette annonce, grimpant de 4.2% à 129.20. Les analystes ont jugé le partenariat très positif pour la société biotech, les conditions de l'accord étant très intéressantes. Sans compter que cela met en évidence la qualité du pipeline de médicaments d'Actelion. Au sein des valeurs secondaires toujours, Georg Fischer a publié lundi de très bons résultats semestriels. Le titre a affiché une belle progression de 2.7% à 506.50 malgré un marché d'ensemble mitigé. Le bénéfice net, l'Ebit et les ventes ont nettement dépassé les estimations des analystes. Ces derniers se sont montrés très satisfaits des chiffres et des perspectives de la société suisse pour le second semestre. D'ailleurs, la plupart des analystes vont augmenter leurs prévisions pour 2006 et 2007.