Le marché a très bien digéré l'envolée du premier jour de l'an et les cours ont évolué dans une fourchette très étroite. Toujours sans nouvelle particulière de sociétés, les intervenants se sont concentrés sur les situations spéciales. D'un point de vue technique, le courant haussier est toujours intact même si à court terme il a perdu un peu de sa vigueur.

Le secteur pharmaceutique a joué le rôle du boulet pour l'indice SMI. Une étude inquiétante d'un scientifique de la FDA sur les cas d'infarctus en relation avec le Vioxx de Merck a laissé planer une ombre sur toute la branche. En plus, pour Novartis, son médicament Clozaril augmenterait le risque de diabètes pour les patients. Du côté positif, SGS était en hausse de 3,16%. La valeur a enfin passé la résistance de 800 francs et les résultats prochainement publiés devraient être bons. Holcim a profité du fait que son concurrent Lafarge a confirmé ses attentes de bénéfices et qu'à moyen terme son positionnement en Asie lui permettra de participer à la reconstruction de l'infrastructure détruite par le raz de marée. ABB a confirmé qu'il ne s'attendait pas à une augmentation substantielle des coûts liés à son problème d'amiante. Le titre a ainsi pu continuer sa progression. Les assurances et les titres bancaires ont poursuivi sur leur lancée.

Au niveau du marché élargi, Swiss Steel a été en hausse de plus de 10% et continue d'élargir le cercle de ses actionnaires. Après une recommandation de trading par une banque suisse, Georg Fischer a également fortement progressé. Bonne tenue pour une fois de Kuoni, qui a retrouvé quelques acheteurs. Du côté des perdants, on a trouvé les valeurs technologiques Micronas et SEZ, qui ont fait les frais d'un environnement pas très propice. Dans un volume important, Schindler a dû faire face à des prises de bénéfices.