L’indice Hang Seng de la Bourse de Hong Kong a clôturé vendredi sur une chute de près de 5,0%, le marché s’inquiètant des difficultés de l’émirat de Dubaï, dont le groupe phare Dubai World a demandé un moratoire sur le remboursement de sa dette, selon des courtiers.

L’indice Hang Seng s’est effondré de 1.075,91 points, soit -4,84%, à 21.134,50 points, dans un volume d’échanges de 107,51 milliards de dollars de Hong Kong (13,87 milliards de dollars US).

L’ensemble des Bourses régionales a connu une journée dans le rouge, la Bourse de Tokyo reculant de 3,22% et celle de Séoul de 4,69%.

Ailleurs en Asie, la Bourse de Taipei a fini en baisse de 3,21%, Sydney a chuté de 2,90% et Wellington de 1,05%. Manille a cédé 1,45% tandis que Bombay a ouvert sur un recul de près de 3,0%. Les Bourses de Singapour, Kuala Lumpur et Jakarta étaient fermées vendredi pour cause de jour férié.

Cette chute générale intervient dans la foulée de celle des Bourses européennes jeudi, les marchés européens ayant abandonné 3% après la demande-choc de Dubaï d’un moratoire d’au moins six mois sur le remboursement de la dette d’une de ses entreprises publiques-clés, qui a suscité des craintes sur un possible surendettement de cet Etat.

Jeudi, Wall Street était fermée pour les fêtes de Thanksgiving.

En Europe, la Bourse de Paris a chuté de 3,41% à la clôture, Londres de 3,18%, Francfort de 3,25%, Milan de 3,60%.

La quasi-faillite de Dubaï «a alimenté une crise de confiance alors que ressurgissent les craintes sur les excès de dette publique», a expliqué Xavier de Villepion, vendeur d’actions chez Global Equities à Paris.

Dubaï a demandé aux créanciers de son groupe phare Dubai World un moratoire pour six mois du remboursement de sa dette de 59 milliards de dollars. Les agences de notation Standard & Poor’s et Moody’s ont immédiatement abaissé leurs notations de tous les grands groupes de Dubaï.

Cette chute générale intervient dans la foulée de celle des Bourses européennes jeudi, les marchés européens ayant abandonné 3% après la demande-choc de Dubaï d’un moratoire d’au moins six mois sur le remboursement de la dette d’une de ses entreprises publiques-clés, qui a suscité des craintes sur un possible surendettement de cet Etat.

Jeudi, Wall Street était fermée pour les fêtes de Thanksgiving.

En Europe, la Bourse de Paris a chuté de 3,41% à la clôture, Londres de 3,18%, Francfort de 3,25%, Milan de 3,60%.

La quasi-faillite de Dubaï «a alimenté une crise de confiance alors que ressurgissent les craintes sur les excès de dette publique», a expliqué Xavier de Villepion, vendeur d’actions chez Global Equities à Paris.

Dubaï a demandé aux créanciers de son groupe phare Dubai World un moratoire pour six mois du remboursement de sa dette de 59 milliards de dollars. Les agences de notation Standard & Poor’s et Moody’s ont immédiatement abaissé leurs notations de tous les grands groupes de Dubaï.

Ailleurs en Asie, la Bourse de Taipei a fini en baisse de 3,21%, Sydney a chuté de 2,90% et Wellington de 1,05%. Manille a cédé 1,45% tandis que Bombay a ouvert sur un recul de près de 3,0%.

Les Bourses de Singapour, Kuala Lumpur et Jakarta étaient fermées vendredi pour cause de jour férié.

L’or s’échangeait vendredi en Asie à 1.187,90 dollars l’once, en recul par rapport à son record de la veille à 1.195,13 dollars l’once.