Rien ne va plus sur les places financières chinoises: en deux jours, la bourse de Shanghai a chuté de 7,55% et celle de Hongkong de 10,69%. Pire encore, l’indice regroupant les acteurs chinois des technologies à Hongkong, dont les géants du numérique Alibaba, Tencent et Meituan, s’est effondré de 18%. La Chine n’est pourtant pas en guerre, mais une conjonction d’éléments négatifs a poussé les investisseurs à la fuite. Le confinement de plusieurs villes dont Shenzhen, cœur de la «Silicon Valley» chinoise, fait craindre une nouvelle année difficile pour l’économie. La position ambiguë de la Chine au sujet de la guerre en Ukraine inquiète également, tandis que les valeurs technologiques font toujours les frais de la pression réglementaire combinée de Pékin et de Washington.