Les Bourses de Dubaï et d’Abou Dhabi ont poursuivi mardi leur plongée pour le deuxième jour consécutif, ouvrant en baisse de 6,25% et 5,91% respectivement, alors que le marché koweitien baissait de 1,8% dans leur sillage.

La baisse est intervenue malgré l’annonce dans la nuit par le conglomérat public Dubai World, en difficulté, d’une prochaine restructuration de certaines de ses compagnies, dont le géant immobilier Nakheel.

L’indice DFM de la Bourse de Dubaï a chuté de 121,33 points pour s’établir à 1.819,33 points, alors que l’index d’Abou Dhabi reculait de 157,68 points à 2.510,55 points.

Le marché boursier de Dubaï a jusqu’à présent perdu environ 13% de sa valeur depuis sa réouverture lundi, alors que celui d’Abou Dhabi a perdu quelque 14%.

Les deux Bourses avaient connu un «lundi noir» (-7,3% pour Dubaï et -8,3% pour Abou Dhabi), lors de leur réouverture pour la première fois après l’annonce mercredi soir par les autorités de Dubaï de leur intention de demander un moratoire de six mois sur la dette de Dubai World.

Dubai World a annoncé dans la nuit de lundi à mardi une prochaine restructuration de certaines de ses compagnies -dont le géant immobilier Nakheel- qui pourrait inclure la vente d’avoirs.

Koweit touché dans une moindre mesure

A Koweit, la Bourse a enregistré une baisse de 1,8% à l’ouverture mardi avant de descendre à 2,1%. Mardi était le premier jour ouvrable de la Bourse de Koweit depuis l’annonce des difficultés financières de Dubaï.

L’index de la Bourse de Koweit, deuxième en termes de capitalisation dans le monde arabe après l’Arabie saoudite, a perdu 146 points après l’ouverture, tombant à 6.785,80 points, contre 6.933,70 points mercredi, dernier jour ouvrable.

Les actions du secteur bancaire ont chuté de 4,63%, alors que les compagnies d’investissement ont perdu environ 2% et les firmes immobilières 2,4%. La baisse est liée aux craintes d’une exposition des compagnies koweitiennes à la crise de la dette de Dubaï.