Les bourses européennes, après un mauvais départ vendredi en raison de mauvaises nouvelles venues de la zone euro et de Chine, ont sévèrement piqué du nez après l’annonce d’une remontée du taux de chômage américain en mai.

L’indice vedette Dax de la bourse de Francfort a le plus rudement subi le contrecoup en affichant vers 15h00 un plongeon de 3,47%, après avoir dévissé de 4% quelques minutes auparavant. Paris chutait de son côté de 2,63% à la même heure.

Dans l’après-midi, la bourse suisse est tombée à son plus bas niveau de l’année. L’indice des valeurs vedettes Swiss Market Index (SMI) a plongé de près de 1,7% à 5753 points.

L’euro chute

L’euro est tombé vendredi sous 1,23 dollar pour la première fois depuis début juillet 2010.

Le taux de chômage des Etats-Unis est remonté en mai pour la première fois en un an, pour s’établir à 8,2%, alors que les embauches progressaient à leur rythme le plus faible en douze mois, et bien moins qu’attendu, selon des chiffres officiels.

Ces chiffres décevants étaient de nature à raviver les inquiétudes sur la vigueur de la reprise de la première économie mondiale et venaient s’ajouter à l’annonce plus tôt vendredi d’un fort ralentissement de l’activité manufacturière en Chine en mai.

Dans un contexte déjà déprimé par la crise en zone euro, les cambistes fuient les investissements les plus risqués, comme l’euro, pour chercher refuge auprès de la sécurité que représentent à leurs yeux le billet vert et surtout le yen.

Le baril perd trois dollars

Les cours du pétrole chutaient lourdement vendredi à l’ouverture à New York, plombés par une hausse inattendue du chômage aux Etats-Unis, pour la première fois en un an.

Vers 13h00 GMT, le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en juillet perdait 3,03 dollars par rapport à la clôture de jeudi, à 83,50 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).