Horlogerie

Bovet remporte l’Aiguille d’or 2018

La marque genevoise a remporté vendredi soir la plus prestigieuse des dix-sept récompenses du Grand Prix d’horlogerie de Genève. Jean-Claude Biver, lui, a reçu le prix spécial du jury

Théâtre du Léman à Genève, plus d’un millier d’invités, 72 montres en compétition, 17 récompenses à attribuer. Comme à son habitude, le Grand Prix d’horlogerie de Genève (GPHG) a réuni vendredi soir de nombreux professionnels de la montre suisse – en dépit de l’absence de certains grands noms comme Rolex, Patek Philippe, Audemars Piguet ou Omega.

La 18e édition du GPHG a ainsi vu la marque genevoise Bovet récompensée de l’Aiguille d’or. Son modèle Récital 22 Grand Récital, affiché à 468 500 francs, renferme dans un boîtier en or rouge plusieurs grandes complications, dont un tourbillon, des minutes rétrogrades et un quantième perpétuel.

Pas de montres connectées

Le jury, composé d’une trentaine de membres et présidé par le commissaire-priseur Aurel Bacs, a également attribué des prix à Chanel (montre dame), Vacheron Constantin («revival»), De Bethune (chronométrie) et Laurent Ferrier (montre à complication pour homme), entre autres. A noter aussi que le Prix de la petite aiguille, une catégorie réservée aux montres dont le prix public se situe entre 4000 et 10 000 francs, est revenu à Habring, une marque autrichienne, pour sa montre chronographe Doppel Felix, à 8650 francs.

Lire aussi: Raymond Loretan, nouveau diplomate de l’industrie horlogère

Dans cette catégorie Petite Aiguille ainsi que dans la catégorie Challenge (montres à moins de 4000 francs), les montres connectées étaient admises par le règlement. Mais ce n’était pas le cas des 12 modèles qui étaient encore en compétition.

Convaincre les absents

Le prix spécial du jury, qui récompense chaque année un acteur du secteur pour l’ensemble de son œuvre, a été remis à Jean-Claude Biver, le patron désormais non exécutif de la division horlogère du groupe LVMH.

Lire également, en 2017: Karl-Friedrich Scheufele de nouveau honoré par le GPHG

Cette 18e cérémonie du GPHG a par ailleurs été la première à se dérouler sous la nouvelle présidence de l’ancien ambassadeur Raymond Loretan, qui a repris cette année la place de Carlo Lamprecht. Dans un entretien accordé au Temps en septembre, Raymond Loretan disait notamment vouloir réunir toutes les marques autour d’une table. Y compris les grands absents. Et essayer de les convaincre de rejoindre l’événement en leur présentant un nouveau concept d’académie de l’horlogerie.

Publicité