Technologie

Bracken Darrell: «Logitech prend davantage de risques»

Le directeur de Logitech participait mardi à la conférence «Horizon» organisée par «Le Temps» à l’IMD de Lausanne. Bracken Darrell affirme que sa société, en croissance depuis plusieurs trimestres, ne cesse d’explorer de nouveaux marchés

Une croissance de 22% du chiffre d’affaires lors du dernier trimestre, un cash-flow record à 189 millions de dollars, une action à son plus haut historique… Difficile de déceler l’ombre d’un souci chez Logitech. A la tête de la société depuis exactement cinq ans, l’Américain Bracken Darrell participait mardi à la conférence «Horizon», organisée par Le Temps à l’IMD de Lausanne.

Rencontré en marge de l’événement, l’ancien directeur de Whirlpool explique la stratégie de l’entreprise basée sur le site de l’EPFL. Logitech, qui avait subi des restructurations en 2009 et en 2012, compte aujourd’hui 3000 employés, dont 250 en Suisse.

Le Temps: Qu’est-ce qui pourrait, aujourd’hui, affecter Logitech?

Bracken Darrell: La situation économique pourrait se dégrader, une crise financière similaire à 2008 pourrait nous frapper, nous pourrions avoir des soucis avec l’une de nos catégories de produits. Mais ce ne seraient que des soucis à court terme. A long terme, je suis extrêmement optimiste: nous innovons dans le matériel et le logiciel, notre stratégie multimarques est efficace et nous sommes diversifiés. Je reste affamé et je veux que toutes mes équipes le soient. C’est mon obsession.

Dans vos scénarios catastrophe, prévoyez-vous la disparition d’une catégorie de produits?

Comme un investisseur, nous examinons régulièrement notre portefeuille. Une catégorie pourrait disparaître, mais pas en quelques années: les produits évoluent, les taux de croissance varient. Et regardez autour de vous: les lumières, les meubles ou encore les systèmes anti-incendie, tout sera réinventé d’ici à vingt ans. La puissance de calcul informatique, le stockage en ligne ou les capteurs, ces éléments deviennent quasiment gratuits et offrent des opportunités incroyables.

Lire aussi: Guerrino De Luca: «Voici comment Logitech a ressuscité»

Prenons les haut-parleurs mobiles, qui représentent 15% de votre chiffre d’affaires. On a l’impression que vous vous contentez de décliner un modèle à succès, le modèle UE Boom, en d’autres appareils similaires.

En comparaison avec nos concurrents, notre portefeuille est sensiblement plus restreint et nous lançons des appareils beaucoup plus rapidement qu’eux. De plus, nous les dotons de nouvelles fonctions, comme les commandes vocales, permettant de choisir ainsi sa chanson ou de consulter la météo.

Aujourd’hui, les souris et les claviers ne représentent plus qu’un tiers de notre chiffre d’affaires… Nous entrons sur tous les marchés où nous pouvons nous différencier

Sur ce marché, vous vous heurtez aux appareils d’Amazon, Google et bientôt Apple…

Ce sont des plateformes très intéressantes avec lesquelles vous pouvez justement contrôler certains de nos appareils… Et vous ne pourrez pas prendre les appareils d’Amazon ou Apple hors de chez vous, ils ne sont pas résistants à l’eau et nos haut-parleurs offrent une meilleure qualité sonore…

Tout de même, on a l’impression que Logitech est devenu plus timide en se contentant du succès de certaines catégories de produits, sans entrer dans de nouveaux marchés.

Je ne suis pas d’accord. Depuis mon arrivée, Logitech s’est lancé dans les conférences vidéo, les haut-parleurs Bluetooth, les écouteurs pour courir, des appareils de simulation pour les jeux vidéo… Aujourd’hui, les souris et les claviers ne représentent plus qu’un tiers de notre chiffre d’affaires… Nous entrons sur tous les marchés où nous pouvons nous différencier.

Mais prenez-vous vraiment des risques?

L’arme secrète d’une entreprise comme la nôtre, c’est la gestion du risque. Nous prenons davantage de risques, mais à une échelle réduite et le plus souvent de manière cachée. Nous avons imaginé vingt-cinq catégories en six ans, certaines ont été lancées, d’autres arrêtées, certaines ne sont qu’à l’état embryonnaire… J’adore cette prise de risque permanente. Mais à petite échelle.

On serait fous, chez Logitech, si l’on pensait innover uniquement à l’interne

Vous avez récemment évoqué une incursion sur le marché de la réalité virtuelle…

Nous y travaillons depuis deux ans en Suisse, mais aussi en Irlande et en Californie. Nous effectuons des tests, nous cherchons à comprendre comment les gens utiliseront la réalité virtuelle, la réalité augmentée et un mix des deux. Nous avons par exemple développé un clavier virtuel pour les joueurs, qui ne peuvent utiliser un clavier physique lors d’immersion dans certains jeux.

Vous avez rencontré les responsables de plus de mille start-up en cinq ans…

Plus de 1500. Cela nous permet d’envisager des rachats, mais c’est surtout pour moi que je fais ces rencontres. J’ai passé ma carrière dans de grandes entreprises, où l’innovation est difficile à mettre en œuvre. On serait fous, chez Logitech, si l’on pensait innover uniquement à l’interne. Et j’ai appris ainsi à mieux gérer ma société et à devenir un meilleur leader.

Vous avez récemment personnellement vendu des actions Logitech d’une valeur de plus de 4 millions de francs. Ne croyez-vous plus au potentiel de croissance de la société?

Pas du tout, il s’agissait simplement d’obtenir du cash pour l’achat d’une maison dans la Silicon Valley, où les contacts personnels entre dirigeants sont capitaux. Je suis très optimiste pour l’action. Et une grande part de ma fortune est en actions Logitech (ndlr: d’une valeur d’environ 33 millions de dollars).

Publicité