Élections britanniques

Brexit: une euphorie toute relative sur les marchés

Les gains des marchés financiers britanniques sont limités après la victoire de Boris Johnson. La monnaie britannique, en baisse de 50% depuis l’an 2000, fait face au déficit de la balance courante et à une maigre croissance

Brexit il y aura. Les marchés financiers ont applaudi vendredi la levée de cette incertitude, l’échec massif du Labour de Jeremy Corbyn et l’éloignement du risque de «no deal» avec Bruxelles. Sur le front des devises, la livre sterling salue le succès de Boris Johnson par une hausse de presque 2%. Cette détente s’est généralisée aux actions britanniques, en particulier celles de l’indice élargi FTSE 250, qui progressaient de plus de 4% à la mi-journée, tandis que les grandes capitalisations (FTSE 100) gagnaient 1,8%. «Les marchés bénéficieront d’une période de relative stabilité politique», ont commenté les analystes de BlackRock dans une note.

Cette apparente euphorie doit cependant être relativisée. A commencer par le rebond de la livre survenu depuis cet été, de 1,17 franc à 1,32 franc. La monnaie britannique a perdu la moitié de sa valeur depuis l’an 2000 et plus de 80% depuis le début des années 1970. «La livre ne connaît qu’une direction depuis 1918, la baisse», avertit Beat Wittmann, fondateur et associé de Porta Advisors. Elle va au-devant d’autres échéances importantes.