Zone Euro

Bruxelles en «désaccord» avec le rapport du FMI sur la Grèce

Dans un rapport publié mercredi soir, le Fonds monétaire international reconnaît des «échecs notables» dans le plan d’aide accordé à la Grèce en 2010. Jeudi, Bruxelles a répliqué

Le FMI a fait son mea culpa mercredi et admit que le premier plan de sauvetage de la Grèce en 2010 s’était soldé par des «échecs notables» en raison notamment de désaccords avec ses partenaires européens au sein de la «troïka». Jeudi, Bruxelles s’est dit en «désaccord fondamental» avec ce rapport.

«Il y a eu […] des échecs notables. La confiance des marchés n’a pas été rétablie […] et l’économie a été confrontée à une récession bien plus forte que prévu», a indiqué le Fonds monétaire international dans un rapport évaluant les résultats du plan d’aide de 110 milliards d’euros accordé à Athènes en mai 2010 en contrepartie d’un plan d’économies drastiques.

Selon le Wall Street Journal de jeudi, ce rapport – estampillé «strictement confidentiel» – aurait été rendu public mercredi soir tard après que des reporters du quotidien américain en ont publié les grandes lignes. «Durant les dernières années, note le quotidien, de nombreux cadres du FMI – y compris la directrice Christine Lagarde – ont rappelé que la dette grecque était viable». Le rapport indique le contraire.

Car le Fonds s’était montré bien optimiste en 2010 en tablant sur un retour de la croissance en Grèce dès 2012 et une amélioration sur le front de l’emploi, souligne l’AFP.

Les faits lui ont donné tort: le pays s’enfonce actuellement dans la récession pour la sixième année d’affilée avec un taux de chômage de 27%, malgré un deuxième plan d’aide international massif au printemps 2012.

Les projections de dette publique grecque établies par le Fonds ont elles aussi été balayées «dans une très large mesure», indique l’institution.

«Désaccord fondamental»

«Nous sommes en désaccord fondamental» avec cette position, a déclaré jeudi Simon O’Connor, un porte-parole de la Commission européenne, soulignant qu’une restructuration plus tardive aurait risqué de déstabiliser l’ensemble de la zone euro.

Le rapport du FMI «ne tient pas compte de l’interconnexion entre les pays de la zone euro», a-t-il dit, rappelant que la crise grecque constituait une «situation difficile et sans précédent».

La troïka, qui regroupe la Commission, le FMI et la Banque centrale européenne, «n’existait pas il y a trois ans» et «a été mise sur pied à partir de rien», a-t-il rappelé. «Nous avons des traditions et des approches différentes, mais nous avons toujours réussi à aboutir à des solutions solides», a-t-il insisté.

Précédents

Ce n’est pas la première fois que le FMI fait son aggiornamento sur la Grèce. En octobre, son chef économiste Olivier Blanchard avait fait sensation en admettant avoir sous-estimé les «multiplicateurs budgétaires» qui mesurent l’impact des mesures d’austérité sur la croissance.

Mais le Fonds va plus loin aujourd’hui en remettant en cause l’efficacité même de la troïka, la structure hybride qu’il forme avec la Commission européenne et la Banque centrale européenne (BCE) et qui est aujourd’hui en charge de quatre plans de sauvetage dans la zone euro.

Selon le rapport, cette cohabitation a obligé le Fonds à «négocier d’abord avec les pays de la zone euro […] et ensuite avec les autorités grecques», créant une source d’«incertitude considérable» alimentée par les hésitations et revirement européens.

«Manque d’expérience»

«Il n’y avait pas de division claire du travail» au sein de la troïka, relève le rapport, qui ajoute que les Européens manquaient d’expérience et de «compétences» sur des programmes d’aide liés à de très strictes conditions.

L’ironie de l’Histoire veut que l’Europe voyait d’un très mauvais œil l’arrivée du FMI sur le Vieux Continent. Début 2010, Jean-Claude Trichet, alors président de la BCE, jugeait même cette éventualité «mauvaise».

Décryptant les relations au sein de la troïka, le FMI s’attache à un point crucial du plan de sauvetage grec: la restructuration massive de la dette privée au printemps 2012.

Le Fonds estime aujourd’hui que cette opération, la plus importante de l’Histoire, aurait dû être menée dès 2010 mais que cette solution n’était alors pas «politiquement réalisable» en raison de l’opposition des Européens.

«La restructuration de la dette avait été envisagée par les parties à la négociation (du programme grec, ndlr) mais elle a été exclue par les dirigeants de la zone euro», qui craignaient qu’une telle mesure ne soit pas approuvée par les Parlements nationaux, indique le rapport.

Cette décision a été lourde de conséquences, selon le Fonds. Elle a permis à de nombreux créanciers privés (banques, fonds d’investissement) de «s’échapper» du pays sans subir la moindre perte et de «passer le fardeau» aux Etats et donc aux contribuables qui ont dû de nouveau renflouer la Grèce en 2012.

«Nous aurions dû avoir une réduction de dette plus tôt en Grèce», a reconnu mercredi Poul Thomsen, chef de la mission du FMI en Grèce.

Le premier plan d’aide a en réalité été une mesure «d’attente», résume le rapport. Il a permis de donner le temps à la zone euro de construire son pare-feu, le Mécanisme européen de stabilité, afin de protéger d’autres pays «vulnérables» et limiter l’impact sur l’économie mondiale.

Publicité