Crypto Valley

«BUIDL!»

L’excitation des années 2017-2018 liée aux cryptomonnaies étant à présent retombée, il s’agira cette année de construire des produits blockchain utilisables par le plus grand nombre

Après une année 2017 qui a vu l’émergence du modèle ICO (Initial Coin Offering), les levées de fonds en cryptomonnaies ont culminé en 2018 aussi bien en nombre (plus de 3000) qu’en taille avec le service de messagerie Telegram (1,7 milliard de dollars) et la plateforme EOS (4 milliards de dollars). Après une phase de surchauffe où l’on entendait crier «HODL!» (mot devenu culte tapé dans un chat par un trader trop pressé enjoignant à ses compagnons de conserver leurs positions lors d’une correction brusque des marchés), les prix des principales cryptomonnaies ont été divisés par 10 ces derniers mois et les régulateurs financiers sont intervenus pour stopper les projets les moins scrupuleux. L’excitation étant à présent retombée, le buzzword 2019 est «BUIDL!» – c’est le moment de construire des produits et par là de répondre aux promesses qui ont été faites à la communauté.

Lire aussi notre dossier: De la blockchain aux monnaies virtuelles

La route vers l’adoption en masse des technologies décentralisées est pourtant encore longue: d’après un classement établi par DappRadar, les applications blockchain les plus populaires du moment comptent moins de 1000 utilisateurs quotidiens (contre 1,5 milliard pour Facebook, la plus populaire des applications web). Une nouvelle dynamique pourrait être insufflée prochainement par les projets ICO des premiers jours, dont plusieurs sont en passe de livrer une première version de leur plateforme. Certains produits pourraient gagner en popularité rapidement, comme le navigateur internet Brave, lancé par un des créateurs de Mozilla, qui a été téléchargé plus de 10 millions de fois et permet à ses utilisateurs qui le souhaitent de recevoir des micropaiements en échange de la part d’attention qu’ils mettent à la disposition des annonceurs.

Améliorations de l’interface utilisateur

De grands groupes technologiques pourraient aussi rejoindre la course prochainement. Facebook serait ainsi sur le point de lancer un système de paiements fonctionnant sur l’application WhatsApp. Et le problème de l’interface utilisateur, notoirement très mauvaise dans le secteur blockchain, est également sur le point de franchir une étape avec de nouveaux principes de design dans les applications, d’une part (utilisation du consensus apporté par la chaîne pour ce qui est strictement nécessaire, simplification de l’interface pour l’utilisateur dont on n’attend plus qu’il approuve chaque microtransaction manuellement), et de nouveaux éléments hardware, d’autre part: le premier blockchain phone comprenant un porte-monnaie virtuel dédié aux cryptomonnaies a été mis sur le marché par HTC l’année passée. Une série de facteurs semblent donc alignés pour que l’année 2019 soit celle de la blockchain utile – on attend avec impatience la première application dépassant le million d’utilisateurs!

Publicité