Lorsque l’on parle de l’urgence climatique, l’on entend encore trop souvent: «La Suisse est un si petit pays, cela ne sert à rien d’agir tant que les autres gros pollueurs ne font rien.» Comme si notre petite taille nous dispensait de l’obligation d’agir à la hauteur de nos moyens. Il est vrai que nos émissions domestiques de CO2 (générées sur le territoire suisse) ne représentent que 0,1% des émissions mondiales. Toutefois, ce que ce chiffre ne dit pas, c’est que la Suisse, en pays riche, importe énormément de produits de l’étranger. Si l’on considère les émissions dégagées à l’étranger pour des produits consommés en Suisse, nos émissions triplent.

Lire aussi: Pétrole inconsommable: la bulle carbone