Bien sûr, les taxis sont confrontés à la concurrence d’Uber ou de Lyft. Mais d’autres facteurs ont aussi joué un rôle dans la vague de suicides de chauffeurs observée l’an dernier aux Etats-Unis, et dans la faillite de près d’un millier d’entre eux à New York. Les véritables raisons ressemblent étrangement aux mécanismes à l’origine de la crise financière de 2008. A savoir des banques et des prêteurs privés peu surveillés qui accordent des prêts risqués à des clients insolvables qui ne comprennent pas toujours dans quoi ils s’engagent, révèle une passionnante enquête du New York Times.

Lire aussi: «Le système Uber est un cercle vertueux»