Martin Ebner aime bouleverser l'ordre établi. Son groupe BZ Bank a nommé une femme à la tête de son conseil d'administration. Une première dans le monde bancaire suisse. C'est Eveline Oechslin-Saupper qui a été élue vendredi à ce poste. Docteur en droit et spécialiste des questions fiscales, elle est actuellement partenaire du bureau d'avocats Homburger à Zurich. Elle remplace Konrad Fischer qui a présidé le conseil depuis la création de la banque, il y a quinze ans. Grisonne d'origine mais Schwytzoise de cœur, Eveline Oechslin siégera aux côtés de Kurt Schiltknecht et de Philipp Achermann. «C'est un gros défi pour moi car présider un conseil est une chose totalement nouvelle», note-t-elle. Eveline Oechslin a toutefois déjà une expérience des conseils d'administration puisqu'elle est membre de celui de La Bâloise Holding.

Elle arrive au moment où la banque a une nouvelle fois dégagé un bénéfice record. En 1999, ce dernier a atteint 260 millions de francs (245 millions en 1998). Le bénéfice brut s'est inscrit à 295 millions de francs (240 millions). «C'est le meilleur exercice de notre histoire», relève Martin Ebner. Bien qu'en baisse, le produit des commissions et services représente toujours la principale source de revenus avec 167 millions de francs (173 millions en 1998). Le négoce des titres a bondi à 127 millions de francs (67 millions en 1998), alors que les affaires sur taux d'intérêt sont restées stables à 6,93 millions de francs. Quant à la somme du bilan, elle s'établit à 1,17 milliard de francs (729 millions). Les fonds propres se montent à 397 millions (357 millions).

Martin Ebner indique que durant l'exercice 1999 la BZ Bank a versé à BZ Groupe Holding 220 millions de francs au titre de dividende. Sur les 260 millions de francs de bénéfice dégagé l'an dernier, le conseil d'administration propose d'attribuer 60 millions aux réserves et de verser 200 millions de francs au groupe BZ Holding.

Au niveau de l'actionnariat, peu de changements sont à enregistrer. Martin Ebner et sa femme Rosmarie restent les actionnaires principaux du groupe avec 45,7% des voix, Philipp Achermann en détient 10,1%, Alfred Hostettler 9,8% et Walter Strub 8%, les autres détenteurs de titres possédant moins de 5% des voix.

La Suisse romande ignorée

Le financier au nœud papillon s'est également réjoui de l'ouverture de nouveaux comptes par des investisseurs privés. Depuis le lancement des comptes d'épargne en 1996, 22 535 comptes ont été ouverts à la BZ Bank. Cela représente une valeur de dépôt de 809 millions de francs (+46%). 37% des épargnants ont déposé moins de 10 000 francs, 54% entre 10 000 et 100 000 francs, 8% entre 100 000 et 500 000 francs. La banque compte parmi ses clients 71 millionnaires, a annoncé Martin Ebner. La valeur moyenne des dépôts est de 45 000 francs. Sur l'ensemble des affaires de la banque, cette petite clientèle ne contribue toutefois qu'à hauteur de 1,5% au bénéfice. Mais Martin Ebner entend séduire davantage les petits épargnants. Après avoir organisé des meetings à Cham, Pfäffikon, Landquart et Wettingen, le financier repartira à l'assaut de la Suisse alémanique pour faire part de ses principes d'investissement. Par contre, aucune réunion n'est prévue en Suisse romande. Crainte ou désintérêt? «Nous sommes une petite équipe de dix-sept personnes et il y a bien assez à faire de ce côté de la Sarine», relève Martin Ebner.