La direction du groupe de confiserie britannique Cadbury a unanimement recommandé mardi une offre d’achat de l’américain Kraft Foods, le valorisant à environ 11,5 milliards de livres (13 milliards d’euros), selon un communiqué.

Kraft avait jusqu’à aujourd’hui pour présenter une offre d’achat améliorée aux actionnaires de Cadbury, offre qui, jusqu’à présent, était hostile. Le gendarme des fusions au Royaume-Uni précise toutefois que les deux autres possibles repreneurs de Cadbury que sont Ferrero et Hershey ont jusqu’au 25 janvier pour déclarer leurs intentions.

Kraft se réjouissait aujourd’hui dans on communiqué, estimant que cette alliance «va créer un leader mondial du secteur de l’alimentation et de la confiserie», avec un portefeuille de plus de 40 marques de confiserie, ayant chacune un chiffre d’affaires annuel dépassant 100 millions de dollars.

Kraft détient entre autres les biscuits LU, les chocolats Milka, Suchard et Côte d’Or, ainsi que les cafés Maxwell et Carte Noire. De son côté, Cadbury possède les bonbons Carambar, Kréma, La Pie qui chante, Malabar, les cachous Lajaunie, les chewing gums Hollywood, Stimorol, Kiss Cool ou le chocolat Poulain.

Kraft souligne aussi «la grande complémentarité géographique» des deux groupes, observant qu’ils auront une position dominante dans les grands marchés émergents, Brésil, Russie, Inde, Chine et Mexique.

Kraft a par ailleurs donné des assurances à Cadbury sur le maintien des engagements sociaux actuels, y compris les retraites, pour tous les employés.

Le groupe a proposé de surcroît le versement d’un dividende de 10 pence par action. Son offre est composée de 500 pence en numéraire et de 0,1874 action Kraft par action Cadbury. Les actionnaires de Cadbury doivent l’accepter d’ici au 2 février.

Dans le communiqué, la PDG de Kraft Irene Rosenfeld assure «du grand respect (de son groupe, ndlr) pour les marques de Cadbury», notant que l’offre va «transformer le portefeuille de Kraft, accélérer la croissance de long terme et apporter des retours sur investissement intéressants, tout en préservant la discipline financière».

Roger Carr, le président de Cadbury qui avait jusqu’alors combattu l’offre de Kraft, jugée trop basse, a estimé pour sa part que cette proposition «représentait une bonne valeur pour les actionnaires de Cadbury».