«Mon bureau a travaillé avec AIG et ses employés» pour retracer les 165 millions (de dollars) de primes qui ont été payées le 15 mars 2009, a indiqué le ministre de la Justice de l’Etat de New York, Andrew Cuomo. «Pour l’instant, neuf des dix principaux bénéficiaires des primes ont accepté de rendre leur prime. Parmi les 20 principaux bénéficiaires, 15 ont accepté de rendre leur prime», a-t-il ajouté.

«Sur l’ensemble des 165 millions de dollars, nous calculons que ces employés ont accepté de rendre environ 50 millions de dollars», a-t-il assuré, ajoutant: «J’aimerai dire ceci aux personnes qui ont rendu l’argent: vous avez fait la bonne chose».

L’assureur a versé 165 millions de dollars en primes à des cadres de la société, alors que l’Etat a injecté 170 milliards de dollars pour la sauver de la faillite. Cette décision avait provoqué la colère de l’opinion publique et du Congrès.

Lois au Congrès

Un journal local américain, le «Hartford Courant», a même affirmé samedi que l’assureur avait versé cette année 218 millions de dollars de primes aux responsables de ses activités financières.

L’affaire a poussé la Chambre des représentants américaine à adopter jeudi un projet de loi imposant à 90% les primes de ce genre. Le Sénat américain prépare lui aussi un texte pour récupérer les primes versées aux cadres d’AIG, malgré les mises en garde du président Obama contre les sanctions fiscales.

L’ancien numéro un mondial de l’assurance a annoncé début mars la pire perte trimestrielle jamais enregistrée par une entreprise américaine, de 61,7 milliards au 4e trimestre 2008. Il frôlait les 100 milliards de pertes pour l’année 2008.

Le secrétaire au Trésor américain Timothy Geithner et le président de la banque centrale américaine (Fed) Ben Bernanke seront entendus sur la gestion du dossier AIG mardi devant une commission de la Chambre des représentants.