La détérioration des principaux critères du système de prévoyance suisse semble s’arrêter. Après une longue phase de baisse, le taux de conversion, le taux auquel l’avoir de vieillesse est transformé en rente, stagne à 5,2%, indique dans une étude publiée mardi le consultant Willis Towers Watson. L’analyse, effectuée tous les deux ans, se concentre sur les sociétés suisses membres de l’indice SLI des 30 plus grands groupes cotés en bourse. Les auteurs précisent que 24 de ces 30 sociétés ont participé à l’étude. «Les rentes de vieillesse prévues n’ont donc pas diminué par rapport à 2019, cela pour la première fois depuis plusieurs années», indique Guillaume Hodouin, directeur de Willis Towers Watson à Lausanne.