L'Etat de Californie vole au secours de ses compagnies d'électricité. Le gouverneur Gray Davis a arraché une loi à l'assemblée californienne qui permet à l'Etat de vendre pour 10 milliards d'obligations, soit 16 milliards de francs suisses. Le produit de cette opération permettra de financer des contrats de longue durée avec les fournisseurs d'électricité mal en point financièrement. Pacific Gas & Electric (PG & E) ainsi que Southern California Edison (SCE), qui se trouvent toutes les deux au bord de la faillite, vont bénéficier directement de ce plan d'urgence.

Les élus en Californie ont finalement adopté ces mesures alors que l'Etat connaissait son 17e jour consécutif de niveau d'alerte maximum. La seconde partie de la loi prévoit que l'Etat, qui compte environ 33 millions d'habitants, dépensera 500 millions de dollars pour les achats urgents d'électricité ainsi que 400 millions pour mettre en place des programmes de réduction de la consommation d'énergie. Le but visé consiste à réduire de 10% les pics de demandes et d'éviter les blackouts que la Californie a connus ces dernières semaines.

Jeudi, les membres de l'Assemblée de Californie avaient dans un premier temps rejeté le projet de loi, approuvé plus tôt par le Sénat, qui souhaitait autorisé l'émission de cet emprunt. «C'est un sauvetage financier et c'est une augmentation très forte des tarifs pour les habitants de Californie», s'était insurgé l'élu californien Tony Strickland dans un entretien au Los Angeles Times. Mais l'aggravation de la situation a précipité les événements. PG & E a en effet annoncé qu'il faisait défaut sur certains paiements, faute de liquidités suffisantes. Dans un communiqué, la compagnie indique qu'elle ne peut pas rembourser une créance de 611 millions de dollars au régulateur du réseau d'électricité californien Cal-ISO au titre d'achats faits en novembre 2000 ainsi que sur des factures d'un total de 411 millions de dollars qu'elle doit acquitter auprès de producteurs. PG & E a indiqué qu'elle allait étaler ces paiements. L'autre grand distributeur californien, SCE, avait également fait défaut sur certains paiements à la mi-janvier.

Le législateur californien doit maintenant adopter un cadre pour permettre aux compagnies d'électricité de rembourser leurs dettes. Gray Davis veut parvenir à un accord d'ici au 12 février. Mais le sénateur démocrate Debra Bowen, une des principales supportrices du sénateur, a comparé cette étape à l'accouchement d'un éléphant. Les deux distributeurs ont accumulé à eux deux des dettes s'élevant à 12 milliards de dollars ces derniers mois. Ils doivent payer de plus en plus cher l'électricité au comptant sur le marché libre mais ne peuvent répercuter la hausse sur les tarifs aux abonnés, plafonnés jusqu'au printemps 2002. Les opposants aux sénateurs Davis estiment que ce sont les consommateurs qui vont finir par payer les pots cassés d'une privatisation ratée. Et s'inquiète du fait que les deux compagnies devraient tomber en faillite en vertu de la loi, après ne pas avoir pu rembourser une créance totalisant un milliard de dollars.

Pour l'instant, le niveau d'alerte trois, le maximum prévu par les autorités, reste toujours en vigueur. Les abonnés doivent réduire au maximum leur consommation de courant, surtout lors des heures de pointe. Si les capacités du réseau ne sont pas suffisantes, des coupures d'une heure peuvent être décidées.