Medtech

Le californien Accuray renforce sa présence à Morges

Le groupe américain augmente ses effectifs dans le canton de Vaud. Le spécialiste en matière de radiothérapie reste toutefois déficitaire

Le groupe californien Accuray, spécialisé en radiothérapie, a décidé en 2012 de déplacer son siège international de Sunnyvale aux Etats-Unis à Morges. L’entreprise a annoncé jeudi avoir renforcé sa présence sur son site vaudois en y regroupant ses activités de France et de Belgique. «Nous sommes passés à Morges de 9 à 70 collaborateurs», a noté Lionel Hadjadjeba, responsable de l’unité suisse d’Accuray, promu au poste de président des opérations commerciales au niveau mondial. Le groupe devrait compter une centaine de collaborateurs d’ici deux à trois ans. Pour faire face à cette augmentation d’effectifs, de nouveaux bureaux ont été inaugurés jeudi, en la présence de représentants politiques. «Accuray, qui recrute principalement sur le marché local, rejoint les 300 entreprises régionales actives dans les sciences de la vie. Toutes ces sociétés ont permis la création de 9000 postes de travail, s’est réjouit le conseiller d’Etat Philippe Leuba. C’est d’autant plus réjouissant qu’Accuray recrute principalement sur le marché local.»

D’ici 2030, 25 millions de nouveaux cas de cancers devraient être enregistrés au niveau mondial. Et 60% de ces patients seront susceptibles d’être traités par radiothérapie. «L’industrie pèse actuellement 3,5 milliards dollars avec une croissance annuelle de 2,5 à 3%», prévoit Lionel Hadjadjeba. Coté au Nasdaq, le groupe qui possède toujours son siège social en Californie a enregistré un chiffre d’affaires en progression de 7% à 380 millions de dollars. Toutefois, Accuray reste déficitaire et a même accru sa perte nette. Celle-ci est passée de 35 millions de dollars sur l’exercice 2013-2014 à 40,2 millions de dollars en 2014-2015. Pour renouer avec les bénéfices, Accuray a réduit une partie de ses effectifs au niveau mondial. «Le groupe atteindra prochainement les chiffres noirs, dès l’exercice 2016-2017. La technologie a mis beaucoup de temps avant d’être acceptée par le milieu médical. Nous sommes désormais plus en phase avec ce que veulent nos clients, à savoir les hôpitaux, et avons déjà livré 800 appareils. Nous enregistrons actuellement des commandes en progression de 6% à 268 millions de dollars», a précisé Lionel Hadjadjeba.

Accuray a notamment convaincu le service de radio-oncologie du Centre hospitaliser universitaire vaudois (CHUV). Celui-ci a acquis trois systèmes d’Accuray, dont un appareil de radiochirurgie dénommé CyberKnife. Grâce à son bras robotisé, il permet de suivre avec une grande précision des tumeurs en mouvements – en raison de la respiration par exemple. «L’irradiation des tissus sains en est ainsi réduite et par conséquent les effets secondaires sont diminués, a noté Jean Bourhis, chef du service de radio-oncologie du CHUV. Des doses supérieures peuvent ainsi être délivrées notamment pour lutter contre des tumeurs localisées. Ainsi, par exemple, un cancer de la prostate peut désormais être traité en quelques séances avec cet appareil contre 30 à 40 séances il y a quelques années.» Le service de radio-oncologie du CHUV a aussi fait l’acquisition de deux appareils de TomoTherapy. Ceux-ci permettent de traiter avec haute précision des tumeurs de formes complexes.

Publicité