Plus rapide, plus puissant, plus performant, doté d’une commande vocale, d’une boussole, de la vidéo, d’un appareil photo trois mégapixels avec fonction macro et autofocus, et d’une centaine d’autres fonctionnalités inédites... Le nouvel iPhone 3G S ne manque pas de qualités affichées. Pourtant, aujourd’hui, jour de sa sortie, il n’a pas déplacé les foules en Suisse. C’est que malgré toutes ses nouvelles options «sport», l’appareil d’Apple ne semble pas révolutionnaire. Son prédécesseur, d’apparence semblable et au prix inférieur, bénéficie d’ores et déjà d’une mise à jour (3.0) sur internet qui lui permet d’intégrer une grande partie des nouvelles options gratuitement.

Orange Suisse, par la voix de Marie-Claude Debons, estimait dans la journée que «la demande est forte [...] mais qu’il n’y a pas de comparaison avec la sortie du premier iPhone». Dans les magasins de Swisscom, «il s’agit d’un jour comme un autre avec peut-être un peu plus de monde que d’habitude, mais sans files d’attentes» déclare Christian Neuhaus, porte-parole de la société.

L’objet phare d’Apple n’est aujourd’hui plus seul sur le marché des smartphones et doit faire face à une concurrence sérieuse, dont celle des HTC Magic, Google Android, Palm Pre et BlackBerry Storm 2, qui apparaissent comme les principaux outsiders.