A moins de trois semaines de la légalisation de la marijuana au Canada, le pays vit sur un nuage de fumée. C’est Noël avant l’heure pour les demandeurs d’emploi canadiens. A preuve, AHLOT, société de Toronto spécialisée dans la vente de marijuana, recherche des goûteurs pour son cannabis, ce que les Québécois appellent le «pot».

Lire aussi: La Suisse, eldorado du cannabis légal

«Le 17 octobre prochain, les Canadiens vont être submergés par un tsunami de choix (de cannabis). Il sera difficile pour les consommateurs de déterminer quoi choisir parmi les centaines de marques […] et de savoir quelles souches de marijuana sont les meilleures pour eux», a récemment déclaré le PDG d’AHLOT, Greg Pantelic. Pour ne rien laisser au hasard, l’entreprise embauche ces jours-ci des goûteurs, chargés d’évaluer la qualité du cannabis. Avis aux amateurs…

Le marché de la marijuana au Canada est évalué, selon les sources, entre 3 et 8 milliards de dollars, avec 150 000 emplois

Un salaire de 50 dollars par heure

Le salaire est alléchant, 50 dollars de l’heure (un peu plus de 38 francs), soit 3,5 fois le salaire minimum local. Les horaires sont flexibles et ils ne dépassent pas 16 heures par mois. Cerise sur le gâteau, les goûteurs reçoivent une allocation mensuelle de 200 dollars pour leurs menues dépenses. Les heureux élus ne passeront pas leurs journées qu’à fumer. Ils devront faire la promotion du cannabis de la compagnie sur les réseaux sociaux. Car la ruée vers l’or vert a déjà commencé. Si les chiffres varient beaucoup, le marché de la marijuana au Canada est évalué, selon les sources, entre 3 et 8 milliards de dollars, avec 150 000 emplois à la clé, estime le cabinet Deloitte.

La province du Nouveau-Brunswick, qui ne compte que 750 000 habitants, a déjà construit deux usines de production de marijuana médicale. Partout dans le pays, l’industrie s’organise. Des écoles forment depuis deux ans des techniciens du cannabis en prévision de la légalisation. La concurrence sera donc rude pour entrer chez AHLOT. L’institut national Statistique Canada a estimé lundi que 5,4 millions de Canadiens consommeront du cannabis légalement et 1,7 million de façon illégale entre le 17 octobre et la fin 2018.

Plusieurs études révèlent que les jeunes devraient être de plus en plus nombreux à consommer du «pot». L’ex-ministre de la Santé Jane Philpott avait tranché en son temps: «La légalisation du cannabis n’est pas un fardeau, mais bien une occasion de protéger nos jeunes.» La légalisation de la marijuana, promesse de campagne de Justin Trudeau, ne fait guère débat. Selon un très récent sondage de la firme Angus Reid, 62% des Canadiens sont en faveur de la légalisation du cannabis. Les travailleurs du «pot» ont de beaux jours devant eux.