Technologie

Canal+ et Netflix se marieront aussi en Suisse

Le groupe crypté a annoncé qu’il allait intégrer en France l’offre de films et de séries de Netflix à l’un de ses abonnements, avec à la clé un rabais pour ses clients. Le même service doit aussi être bientôt lancé en Suisse

Les amateurs suisses de séries pourraient disposer bientôt d’une nouvelle offre. Lundi, Canal+ et Netflix ont annoncé le mariage de leurs abonnements en France, le premier s’apprêtant à distribuer le contenu du second. L’offre, disponible dès le 15 octobre dans l’Hexagone, pourrait l’être aussi prochainement en Suisse. Une fusion de services qui surviendra alors qu’Apple, Disney ou encore Warner s’apprêtent à lancer eux aussi leurs offres en streaming.

Concrètement, Canal+ va proposer un nouvel abonnement en France, qui comprendra son pack Ciné/Séries, mais aussi la formule standard de Netflix (soit deux écrans), pour 34,90 euros (l’équivalent de 38,40 francs). Seuls, les deux abonnements coûtent aujourd’hui respectivement 29,90 et 11,99 euros – le nouvel abonnement combiné est donc 6,99 euros moins cher.

Tarifs proches de la France

Lundi, Canal+ annonçait que l’offre allait «être étendue dans les autres territoires opérés par le groupe, à commencer très prochainement par la Pologne». «En général, toutes les offres qui sont lancées en France peuvent l’être sur d’autres pays où est présent le groupe, selon les opportunités, et cela dans des horizons de temps différents selon les pays, affirme Brice Daumin, directeur de Canal+ pour la Suisse. En règle générale, en Suisse, nos tarifs sont proches de ceux pratiqués en France.»

Lire aussi: Comment Canal+ veut résister en Suisse à la tornade Netflix

Dans l’Hexagone, un million de personnes sont abonnées tant à une offre de Canal+ qu’à Netflix. Il n’existe pas de chiffre officiel pour la Suisse: Canal+ espère y atteindre les 100 000 abonnements à l’ensemble de ses offres d’ici à la fin de l’année et aucune estimation fiable du nombre de clients de Netflix n’existe. «Je pense que le consommateur en France va être le grand bénéficiaire de cette offre combinée, poursuit Brice Daumin. Il veut disposer du plus grand choix de séries et de films via un seul abonnement, c’est exactement ce que nous proposons. Depuis mars en Suisse, nos abonnements La Totale et Ciné Séries comprennent déjà quatre chaînes d’OCS, qui donnent accès à l’ensemble du catalogue de HBO.» Or HBO, c’est Game of Thrones, Big Little Lies, Chernobyl, Westworld, ou encore True Detective.

Bientôt Apple

Avec HBO, puis bientôt Netflix, Canal+ muscle son offre en séries et films. Mais alors qu’il cherche à fournir une offre combinée la plus large possible, les nouveaux acteurs se multiplient. Ainsi, dès le 1er novembre, Apple lancera en Suisse son service TV+ comprenant de nouvelles séries telles See, The Morning Show ou encore For All Mankind, pour 6 francs par mois – l’abonnement sera gratuit durant un an à l’achat d’un nouvel iPhone, iMac ou iPad. De leurs côtés, Disney et Warner doivent lancer des services équivalents de streaming vidéo ces prochaines semaines aux Etats-Unis – on ne connaît pas encore de date pour la Suisse. «Nous n’avons pas de tabou, nous sommes a priori ouverts à travailler avec tout le monde. Tout est question d’opportunité», glisse Brice Daumin.

Quant à Netflix, il devrait multiplier ce type de partenariat. «Nous étions jusqu’ici très hésitants quant à l’intégration de notre application, c’était un risque pour notre image de marque. Mais on gagne en confiance en grandissant, et nous voulons rendre les choses plus simples pour les gens», a affirmé lundi son fondateur et directeur Reed Hastings. Netflix, qui compte 150 millions de clients au niveau mondial, a d’autant plus besoin de tels accords qu’il a perdu des abonnés aux Etats-Unis lors du dernier trimestre, à cause d’une concurrence plus intense. La société américaine a signé ces derniers mois des accords de distribution avec Comcast aux Etats-Unis, Sky en Allemagne et au Royaume-Uni et Movistar en Espagne.

Lire aussi: La guerre des séries en ligne commence

Publicité