Politique

Les candidats aux élections fédérales accusés de négliger le numérique

L’association faîtière de la technologie en Suisse s’inquiète des résultats d’un sondage Smartvote. La 5G, le vote électronique ou la cybersanté ne passionnent pas les candidats

Les professionnels de la technologie en Suisse sont dépités. Non seulement les candidats aux élections fédérales ne s’intéressent que peu au numérique, mais, pire, ils se montrent en partie réticents face à la numérisation du pays.

Ces deux conclusions émanent d’un sondage publié mercredi par Swico, l’association professionnelle pour le secteur des technologies de l’information et d’internet. Celle-ci regroupe 600 entreprises actives en Suisse – dont Google, Logitech, Samsung, Swisscom, Apple, Microsoft et de nombreuses PME –, employant au total 56 000 collaborateurs réalisant un chiffre d’affaires annuel de 40 milliards de francs. Pour cette étude, Swico s’est associée à Smartvote, la Haute Ecole spécialisée bernoise BFH et les Universités de Zurich et de Genève.

Regrets

Première déception, pour l’association, le faible taux de participation des candidats aux élections fédérales à son sondage. Il y a au total 4596 candidats, dont 3571 ont créé un profil Smartvote. Sur ce total, seuls 828 ont daigné répondre aux questions sur le numérique. «Le numérique n’est pas encore arrivé à Berne. Seule une minorité des candidats s’est penchée sur cette évolution», regrette Andreas Knöpfli, président de Swico.

Via une série de questions, l’association a créé un «baromètre du numérique», allant de 0 à 10. Le Parti libéral-radical (PLR) est, parmi les plus grandes formations, le plus ouvert à la technologie avec une note de 7,8, juste devant le Parti vert’libéral suisse (7,5). A l’autre bout de l’échelle se trouvent les Verts (5,8), juste devancés par l’UDC (6,2). Tous partis confondus, les candidats qui se présentent pour la première fois sont plus ouverts au numérique que les sortants qui se représentent – une «lueur d’espoir», selon Swico.

Le PLR enthousiaste

De manière générale, le PLR est le plus enthousiaste face aux conséquences de la numérisation et les Verts les plus sceptiques. Pour la 5G, 93% des PLR s’exprimant y sont favorables, contre 20% chez les Verts. Faut-il encourager le vote électronique? Pour cette question, c’est le PBD le plus enthousiaste (72%), l’UDC (18%) étant la plus réticente. Les Verts et les socialistes sont favorables à plus de 90% pour que l’Etat s’engage contre les fake news, alors qu’à peine plus de 50% des UDC et PLR y sont favorables.

Swico constate que la plupart des candidats estiment que les efforts déployés à l’école primaire en matière de compétences technologiques sont insuffisants. «A l’exception de l’UDC, tous les partis sont favorables à des mesures de reconversion en réaction aux changements», relève l’association.

Publicité