Investissement 

Le cannabis, le nouvel or vert?

Réalisé pour swissquote La légalisation de la marijuana récréative l’été dernier au Canada a suscité l’engouement boursier des investisseurs dans un marché en devenir. Une fièvre spéculative qui gagne la Suisse

C’est une vague verte venue du froid qui attise désormais les convoitises des investisseurs. Après l’Uruguay et plusieurs Etats américains, le Canada a brisé un siècle de prohibition en légalisant la consommation du cannabis récréatif en juillet 2018. Une décision fracassante qui propulse le pays au rang de leader mondial dans la production de marijuana légale. Selon Martin Landry, analyste chez GMP Securities, à Montréal, «huit des dix plus grandes sociétés mondiales impliquées dans la culture de cette plante sont canadiennes. Elles ont pris beaucoup d’avance sur la concurrence internationale.» Leurs noms: Canopy Growth, HEXO et Aurora.

Lire aussi: Au Canada, le cannabis provoque une euphorie boursière

Si ces trois entreprises canadiennes dominent le secteur, elles ne se limitent pas au marché domestique. A l’instar d’Aurora et de Canopy Growth, elles exportent leur production partout où le cannabis légal est autorisé. En mai 2017, Aurora annonçait le rachat du distributeur allemand Pedanios. Quant à Canopy Growth, elle vend ses produits au Brésil depuis 2016. D’autres pays, comme l’Australie, l’Afrique du Sud, l’Espagne, la Pologne ou le Danemark, sont dans le viseur ou ont déjà été approvisionnés par le Canada. Les perspectives commerciales sont donc alléchantes.

200 milliards de dollars en 2025

Selon une étude publiée en janvier 2018 par le cabinet ArcView, la vente légale de cannabis dans les Etats américains qui l’autorisent déjà pourrait générer un chiffre d’affaires de 40 milliards de dollars en 2021, contre 16 milliards en 2017. Au niveau mondial, le marché du cannabis figure parmi les industries à la croissance la plus rapide, avec un chiffre d’affaires estimé à 75 milliards de dollars d’ici à 2030. D’autres estimations prévoient un marché mondial du cannabis pesant entre 100 et 200 milliards de dollars à l’horizon 2025. Rien qu’au Canada, la vente de marijuana pure pourrait générer plus de 6 milliards de dollars de recettes par an après la légalisation, selon une étude du cabinet Deloitte publiée en 2016. Et cela sans compter les revenus du cannabis thérapeutique.

Le cannabis est donc appelé à devenir un segment très lucratif au cours des prochaines années. «Ce phénomène se propage partout dans le monde. Cela ouvre la voie à un marché totalement neuf et donc indéniablement intéressant pour les investisseurs», explique Christian Ben Lakhdar, professeur d'économie à l'Université Lille 2. Il n’en fallait pas plus pour que le petit monde de l’or vert s’agite et multiplie les transactions. Au mois d’octobre dernier, la bourse de Toronto enregistrait des capitalisations boursières record. Canopy Growth, par exemple, s’est vue valorisée à hauteur de 16 milliards de dollars canadiens, soit environ 12,2 milliards de francs suisses.

Prudence face à la bulle

Trop beau pour être vrai? «L’engouement des investisseurs pour le secteur est énorme, analyse Martin Landry, mais lorsqu’une action commence à prendre 30 ou 50% en un seul mois, il faut rester très prudent.» Pour certains analystes, une bulle financière est en train de gonfler dans le marché du cannabis. Et gare à l’explosion. «Il s’agit d’un secteur nouveau, dynamique et florissant qui va durer. Mais ce n’est pas non plus le marché du siècle comme le fut le pétrole, poursuit Christian Ben Lakhdar, professeur d’économie à l’Université de Lille et auteur du livre De l’intérêt de sortir le cannabis des réseaux criminels. Par ailleurs, il n’est pas dénué de risques pour les investisseurs.»

La fièvre spéculative gagne la Suisse, où le parlement travaille sur une souplesse accrue des produits liés au cannabis dans le domaine médical et récréatif. Au mois d’avril dernier, la banque romande Swissquote a lancé un produit d’investissement sur ce marché dans un intéressant mouvement précurseur: le Swissquote Cannabis Portfolio. Un certificat – le premier d’Europe – qu’il est possible d’échanger à la bourse suisse. Il permet d’investir dans un panier de compagnies actives dans le secteur de la marijuana.

Lire également: Cannabis: le Conseil fédéral autorise des essais contrôlés

Les incertitudes de l’industrie cannabique

Les débuts du certificat coté en dollars se font en fanfare avec «plus de 49% d’appréciation sur les six premiers mois, explique Arnaud Masset, Senior Market Strategist chez Swissquote. Depuis, la performance du certificat s’est tassée aux alentours de +17% depuis avril 2018. C’est une période spéciale. La spéculation bat son plein. Comme dans tout marché immature, il y a un manque de visibilité sur la taille du marché ainsi que sur les revenus et les bénéfices futurs.» Il ajoute: «La consolidation du marché, et donc l’apparition des leaders, devrait permettre à la volatilité de redescendre graduellement» à mesure que le débat sur la légalisation du cannabis progresse. De plus en plus de médecins et de scientifiques reconnaissent en effet le potentiel médical de la marijuana. Leurs conclusions pourraient aider l’industrie du cannabis à prospérer.

Malgré l’euphorie de 2018, le marché du cannabis comporte encore de nombreuses inconnues, car la légalisation de la marijuana pose toujours problème. Difficile dans ce contexte d’estimer la taille et la valeur que cette branche pourrait réellement représenter sur le long terme dans le développement de nouveaux produits dans la pharma, les cosmétiques ou chez les grands cigarettiers. Selon Christian Ben Lakhdar, la légalisation prochaine du cannabis ne fait aucun doute. «C’est un mouvement de fond qui, en plus, pourrait rapporter gros au niveau fiscal», conclut le professeur d’économie.Advertisement

Publicité